Patrick Bernié, nommé sous-préfet de Millau

  • Âgé de 58 ans, Patrick Bernié a rejoint la préfectorale en 2014.
    Âgé de 58 ans, Patrick Bernié a rejoint la préfectorale en 2014.
Publié le , mis à jour

Patrick Bernié, nommé précipitamment nouveau sous-préfet de Millau à la fin de l’année, est bien connu dans le département.

« Je viens du nord du département mais je connais quand même un peu le sud. J’ai vécu plusieurs années à Sévérac. Ici, c’est plus méditerranéen », sourit cet homme âgé de 58 ans, originaire de Saint-Geniez-d’Olt.

Après des études littéraires (khâgne et hypokhâgne) à Toulouse, Patrick Bernié a pris une tout autre direction professionnelle en devenant contrôleur du travail, dans le Cotentin d’abord, puis à Marseille.

Après un passage à Rodez, en 1988, sa carrière l’a conduit à Tulle, où il fut missionné en tant qu’inspecteur du travail agricole. Une fonction qu’il a ensuite poursuivie à Rodez, à nouveau, avant d’être nommé par le ministère du Travail, directeur du centre interrégional de formation pour les inspecteurs des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

De là, un poste de directeur adjoint de l’inspection du travail l’a conduit à Montauban. Passé par la direction de la protection judiciaire de la jeunesse, Patrick Bernié a ensuite été nommé directeur de la Direccte en Aveyron de 2010 à 2014.

« À ce moment-là, j’ai eu envie de changer. J’avais lié des amitiés avec des sous-préfets. J’ai sollicité et on m’a retenu », se remémore celui qui a occupé son premier poste en qualité de sous-préfet à Ussel, « dans le département de François Hollande ».

Deux ans plus tard, en 2016, il a été nommé à Pamiers, dans l’Ariège, un département où il se sentait « comme un poisson dans l’eau ». De retour donc, Patrick Bernié s’est montré ouvert au débat et a très vite fait part de son son attachement à la ruralité.

Au cours des prochaines semaines, son planning s’annonce chargé. Il prévoit d’enchaîner les rendez-vous avec les parlementaires, les représentants des forces socio-économiques et bien entendu, les élus de l’arrondissement.

« J’entends bien battre et courir le terrain pour pouvoir échanger avec les maires, voir leurs projets, leurs difficultés éventuelles et examiner les conditions dans lesquelles je pourrais les aider à les porter, avec les concours financiers de l’État et dans le cadre d’enveloppes qui ne sont pas extensibles. »

Patrick Bernié a listé ses axes privilégiés de travail, que seront l’aménagement du territoire, le développement économique, la tranquillité publique et le respect des lois. Patrick Bernié a également lancé des messages d’attention aux sapeurs-pompiers, aux éleveurs, ainsi qu’à ces maires des petits villages qui « font quasiment du bénévolat et donnent de leur personne ».

« Ces énergies, c’est cela qui donne la pulsation intime et l’âme d’un territoire », a-t-il observé avant d’évoquer plus spécifiquement le pôle d’attractivité que représente la cité gantière.

Midi Libre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?