Économie : le couteau Laguiole aura-t-il son IG en 2018 ?

  • Pour Vincent Alazard, maire de Laguiole, les élus ont fait leur job en légiférant.
    Pour Vincent Alazard, maire de Laguiole, les élus ont fait leur job en légiférant.
Publié le

Le mystère reste entier. La loi instaurant une indication géographique (IG) protégée pour les produits manufacturés a bien vu le jour.

L’institut national de la propriété industrielle (Inpi) en charge de leur homologation, vient même de valider en décembre l’IG à la porcelaine de Limoges qui devient ainsi la troisième IG officialisée depuis fin 2016, après le siège Liffol dans les Vosges et le granit de Bretagne.

Quid des couteaux laguiole ? On le sait, Laguiole veut son IG sans Thiers alors que le bassin Thiernois souhaite le mariage.

Point de mariage de raison à l’horizon mais André Chassaigne, député du Puy-du-Dôme, à la pointe sur ce dossier, ne désespère pas : « Le travail du législateur a été fait. Cela relève maintenant des professionnels. Le cahier des charges ne pose pas de problème, celui-ci se pose sur le découpage géographique mais je pense qu’il y aura un dépôt en 2018 ».

Et d’ajouter, avec prudence : « C’est en train de se finaliser mais il ne faut mettre d’huile sur le feu. Je ne pense pas que Laguiole soit perdant. En revanche, il y aura un problème de commercialisation si Thiers n’est pas retenu. »

Si la réputation du Laguiole n’est plus à faire, l’élu auvergnat laisse entendre que c’est en partie grâce à la fabrication de pièce dans le bassin thiernois. Et qu’il n’est donc pas pensable pour lui de séparer les deux IG.

Il rappelle que le syndicat du bassin thiernois « Couteau Laguiole Aubrac Auvergne » compte aussi dans ses rangs des fabricants laguiolais.

« Je ne veux pas de polémique. Pour l’IG, disons qu’il y a un retard à l’allumage. C’est d’autant plus dommage que la loi est là pour dynamiser. On perd du temps. »

Sur ce dernier point uniquement, Vincent Alazard, maire de Laguiole, est du même avis : « C’est un dossier primordial. Les élus ont fait leur travail, c’est aux professionnels de s’emparer du dossier. »

Pour autant, entre ceux qui souhaitent une IG 100 % laguiolaise (découpage jusqu’à Espalion) et ceux qui souhaitent l’union avec Thiers, il n’y a pas, pour l’heure, de rapprochement en vue.

Centre Presse / Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?