Limitation de vitesse : la baisse à 80 km/h sur le réseau secondaire divise

  • La décision de changer la limitation de vitesse doit être annoncée aujourd’hui.
    La décision de changer la limitation de vitesse doit être annoncée aujourd’hui.
Publié le , mis à jour

Aujourd’hui, le premier ministre Edouard Philippe doit officialiser l’abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires. Une mesure qui touchera au moins une grande partie des quelque 5 000 km de routes secondaires gérées par le Département. « Les services de police ou de gendarmerie, constatent, quotidiennement, des excès de vitesse, parfois très importante, sur le réseau routier de l’Aveyron », précisent les services de l’état.

En 2017, 175 accidents ont été comptabilisés sur les routes du département (contre 194 en 2016), 231 automobilistes ont été blessées (262 en 2016) et 22 personnes ont été tuées (25 en 2016). « La vitesse reste l’une des principales causes d’accidents, soulignent les services de l’état. Elle devient un facteur aggravant lorsqu’elle est couplée à des conduites addictives. » Pour Christiane Poinsot, président de la Ligue contre la violence routière, cette annonce est « une excellente surprise ». « On peut dire que c’est une décision courageuse, malgré ce qu’on peut penser, poursuit-elle. Nous le répétons depuis des années, baisser la vitesse sur la route de 1 % diminue la mortalité de 4 %. »

Pour la présidente de la Ligue contre la violence routière, « la vitesse est un facteur aggravant. L’importance des blessures causées par les accidents peut diminuer si la vitesse est moins élevée. La réactivité est accrue ». Un argument validé par le sénateur Jean-Claude Luche. Mais celui-ci a toutefois fait entendre une voix dissonante.

Aux côtés d’une cinquantaine d’autres sénateurs, il a consigné une lettre fustigeant « la décision unilatérale de l’état sur ce dossier ». « C’est aux élus locaux, aux présidents de département, de décider quels tronçons doivent être concernés par l’abaissement de la limitation de vitesse, argumente Jean-Claude Luche. Certains axes sont plus propices que d’autres à l’abaissement de la vitesse. »

Comme d’autres élus, le sénateur craint un changement de comportement des automobilistes : « Des bouchons vont par exemple se former derrière les camions. Certains vont se sentir obligés de doubler. Le danger sur la route n’en sera que plus grand. Encore une fois, faisons confiance aux élus pour trouver la solution. Car cela va encore entraver la circulation dans nos territoires ruraux. »

Centre Presse / Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

124000 €

En exclusivité dans votre agence Stéphane Plaza Immobilier Rodez ! Rodez, A[...]

335 €

Ce studio vous propose: Une entrée Un séjour avec coin kitchenette (2 plaqu[...]

277 €

RODEZ-HYPERCENTRE - STUDIO récent, lumineux et fonctionnel dans un immeuble[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?