Handball : les présidents du Roc partiront à la fin de la saison

  • Olivier Ferrand (12 ans de présidence) et Jean-Louis Albouy (5 ans), hier soir.  a.p.
    Olivier Ferrand (12 ans de présidence) et Jean-Louis Albouy (5 ans), hier soir.  a.p.
Publié le , mis à jour

Coup de tonnerre à l’Amphithéâtre de Rodez jeudi soir peu avant 19 heures. Là, dans une petite salle du service des sports de la mairie, un chapitre de l’histoire du Roc handball Aveyron s’est clos dans une atmosphère pour le moins étrange. La traditionnelle assemblée générale, certes très en retard pour des questions de timing ténus, a été l’occasion d’une double annonce surprenante.

Jean-Louis Albouy, coprésident depuis 5 ans, et Olivier Ferrand, son binôme et président du club - dont les équipes fanions évoluent aujourd’hui en N2M et N3F - depuis 12 ans, ont pris tour à tour la parole pour dire qu’ils ne renouvelaient pas leur mandat à la fin de la saison en cours. Fin mai donc, une AG extraordinaire sera convoquée pour leur trouver un ou des successeurs. « Seul le bureau savait », nous dira en sortant d’une réunion vite expédiée, à peine une demi-heure, Olivier Ferrand.

« Je peux l’annoncer au reste de l’équipe ? », demanda même le capitaine de l’équipe I, Aurélien Simon, en partant. Pour presque tous, et bien qu’il y ait eu moins de 20 personnes dans l’assemblée (plus sept à la tribune), c’était donc une surprise, une vraie.

Quelles sont les raisons invoquées par le duo qui aura notamment réussi en cinq ans à monter en N1 (mais pas en D2) avant de redescendre ? « Des nouvelles perspectives professionnelles qui vont m’obliger à court ou moyen terme à quitter Rodez », dit Jean-Louis Albouy, par ailleurs partenaire majeur du club, partenariat qui ne sera en revanche pas remis en cause a-t-il précisé après. « Une nouvelle équipe se met en place depuis deux ans. Il faut savoir partir. Après 12 ans de présidence, j’ai donc décidé de passer aussi le flambeau », a, lui, annoncé Olivier Ferrand, dont l’émotion, bien qu’intérieure, était énorme pour ce passionné à l’humain chevillé au corps.

Néanmoins, les deux ont tenu à clarifier, à rassurer aussi : « On ne quitte pas le bateau comme des sauvages. » Ils travailleront ainsi à passer « le témoin aux bonnes personnes », bien qu’à l’heure actuelle, ils aient confirmé tous les deux qu’un profil en particulier n’était pas dégagé.

Par ailleurs, détail important, ils veulent quitter leur mandat avec « des comptes propres ». Pour cela, le club a réalisé quelque 26 000 € de bénéfices pour la saison 2016-2017, rapportant à environ 19 000 € la dette du club qui « s’élevait à 80 000 euros il y a encore deux ans (Ferrand) ».

Centre Presse / Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?