Agriculteurs en colère : plusieurs axes routiers perturbés autour de Toulouse et Montauban

  • Agriculteurs en colère : plusieurs axes routiers perturbés autour de Toulouse et Montauban
    Agriculteurs en colère : plusieurs axes routiers perturbés autour de Toulouse et Montauban
Publié le

Des agriculteurs protestant contre une réforme européenne des zones défavorisées perturbaient mercredi matin plusieurs axes routiers autour de Toulouse et de Montauban, notamment sur des échangeurs autoroutiers, ont indiqué la préfecture de région et Vinci Autouroutes.

«De nouveaux rassemblements sont en cours et vont entraîner d’importantes perturbations sur tous les axes desservant Toulouse et Montauban. Il est fortement recommandé d’éviter ces axes aujourd’hui (mercredi)», indique dans un tweet Vinci Autoroutes.

Selon la préfecture de région Occitanie, des blocages sont en cours sur l’A61 au niveau de l’échangeur de Montgiscard mais aussi sur des échangeurs de l’A66 et sur l’A20.

Au niveau de l’échangeur de Montgiscard, une dizaine de tracteurs sont stationnés et des agriculteurs ont mis le feu à des pneus et bottes de paille, a constaté un photographe de l’AFP. Côté Villefranche-de- Rouergue, les agriculteurs aveyronnais se joignent au blocage de la D926 entre Vailhourles et Parisot.

La FRSEA et les Jeunes Agriculteurs de plusieurs départements du Sud-Ouest contestent depuis plusieurs jours le projet européen de redécoupage des zones défavorisées qui doit entrer en vigueur au printemps et pourrait amputer les revenus de nombreux exploitants.

Dans le Tarn-et-Garonne, épicentre de la colère, l’ensemble des services de transport scolaire a été annulé pour la journée de mercredi en raison d’importantes perturbations attendues.

Des délégations d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine, les deux régions les plus touchées, doivent rencontrer mercredi après-midi à Paris le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert.

Si cette réunion ne débouche sur aucun résultat concret, les agriculteurs ont menacé de poursuivre leurs actions en soirée et de bloquer l’agglomération de Toulouse, siège mondial d’Airbus, comme la semaine dernière.

En Aveyron, 47 communes sont placées en « zone défavorisée-Piémont » et sont soumises, depuis le début de la réforme, à l’incertitude du maintien de leur Indemnité de Compensation de Handicap naturel (ICHN). Contrairement au projet initial dévoilé en fin 2016 (qui excluait, pour mémoire, 40 de ces 47 communes), la proposition de zonage faite par le gouvernement en décembre dernier prévoit le reclassement de l’ensemble des communes aveyronnaises en zone défavorisées de Piémont. Malgré cette état de fait, la situation n’est pas stabilisée pour les exploitants concernés. Pour finaliser une concertation qui aura duré presque 2 ans, l’Etat doit faire avaliser à Bruxelles fin mars sa proposition définitive de carte des zones défavorisées françaises.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?