Musique : les écoliers de l’Aubrac se préparent pour l’Olympia

  • L’école-orchestre de Sainte-Geneviève lors de la dernière rentrée scolaire qui se voulait en musique pour le Ministère.
    L’école-orchestre de Sainte-Geneviève lors de la dernière rentrée scolaire qui se voulait en musique pour le Ministère.
Publié le , mis à jour

« C’est une chance incroyable ! », lance Christelle Maurer, directrice de l’école de Ste-Geneviève-sur-Argence. Et d’ajouter dans la foulée : « Nous sommes ravis pour les élèves. »

Prenant part depuis cinq au dispositif « Orchestre à l’école » avec la présence de l’antenne du Conservatoire dans les murs même de l’école, cette dernière s’est donc retrouvée sélectionnée et retenue pour fêter les dix ans de l’association éponyme du dispositif le 3 mai sur la scène mythique de l’Olympia à Paris. « Il y a quatre collèges et deux écoles seulement retenus en France dont la nôtre au fin fond du Nord-Aveyron », confie la directrice, elle-même musicienne, qui accompagnera 48 élèves de classes CE2, CM1, CM2 dont trois élèves de Lacalm du fait du regroupement scolaire.

Une belle histoire donc, et pour reprendre la directrice, « une chance incroyable » qui se conjugue avec la volonté initiée au départ par le corps enseignant d’intégrer ce dispositif. A savoir : « Donner la même égalité des chances à tous les élèves ». Message reçu sur cinq par les organisateurs.

Cette belle histoire s’accompagne d’un beau voyage dans la capitale puisque du coup, l’orchestre de l’école quittera le plateau de l’Aubrac dès lundi 30 avril pour monter à Paris, suivre deux jours de répétition (le 2 mai et le jour J du concert), et revenir dans la nuit du samedi et dimanche.

Un tournage aura lieu dans le courant du mois de mars dans l’école de Ste-Geneviève, en présence du metteur en scène, pour agrémenter le spectacle à l’Olympia. En attendant, les écoliers ont enregistré des pastiches d’après des slogans publicitaires en reprenant des airs connus qui s’intégreront aussi au spectacle.

Ces musiciens en herbe disposent même d’un parrain qui ne vient pas de bien loin puisqu’il s’agit de l’accordéoniste Ruthénois Lionel Suarez.

Centre Presse / Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?