Brameloup : le chalet des Garcia attise la gourmandise

  • Jean-Pierre et Chantal font vivre la station de Brameloup toute l’année.
    Jean-Pierre et Chantal font vivre la station de Brameloup toute l’année.
Publié le , mis à jour

Il a la bonhomie du sergent Garcia mais son cœur vaut de l’or. Jean-Pierre, Garcia donc, a posé ses bagages et ses ustensiles de cuisine en 1994 à Brameloup pour ouvrir « Les Chalets gourmands ».

Un nom qui sied à merveille à cet établissement en contrebas de la station, qui nourrit les papilles et fait le plein d’animations.

Après une sortie raquettes, il propose une soupe au fromage, largement gratinée en convivialité ! Et pour une balade aux flambeaux, il remet le couvert. Il est comme ça Jean-Pierre. Entier. D’ailleurs, il n’a pas attendu le projet touristique de l’Aubrac aux quatre saisons pour être ouvert toute l’année. Neige ou pas.

Pour ce Montpelliérain, ce sont « les attaches familiales en Aveyron (sa sœur est de Pont-de-Palmas, NDLR) et l’envie de retrouver les grands espaces » qui ont eu raison de son installation à Brameloup.

Au pied de la piste des Vernhes, il concocte une cuisine généreuse avec forcément les spécialités aveyronnaises, sans oublier ses racines méditerranéennes comme les encornets farcis et ses péchés mignons venus d’ailleurs quand il était traiteur. « J’aime travailler le poisson. En ce moment, c’est la daurade en filet de poivre vert. Quand viendra la saison, ce sera la truite aux amandes, aux lards. J’ai fait récemment la daube flamande avec du jambon de biche en séchant les cuisses comme de la viande de grison. »

On mange en l’écoutant et il s’écoute en mangeant !

Traiteur pendant de longues années, pour joindre les deux bouts en restant à Brameloup mais aussi par soif de rencontres. « J’ai un peu de nostalgie », confie-t-il aujourd’hui, trois ans après son dernier événementiel aux côtés de Michel Galabru.

Un an avant la mort de ce dernier donc. « Il disait : “quand les femmes arrivent chez moi elles sont moches, quand elles repartent, elles sont belles”, car il habitait à côté d’Avène connue pour ses thermes. Il y a eu aussi Moustaki, Sophie Barjac... Ce furent des rencontres exceptionnelles. »

Contact au 05 65 44 21 27

Centre Presse / Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?