Salon de l’agriculture. Le président aveyronnais de Sodiaal étrille Cash Investigation

  • Damien Lacombe reproche à Elise Lucet d’avoir «désinformé» les spectateurs de Cash Investigation.
    Damien Lacombe reproche à Elise Lucet d’avoir «désinformé» les spectateurs de Cash Investigation.
Publié le , mis à jour

Un sentiment d’amertume ! Un mois et demi après la diffusion de l’émission Cash Investigation sur les méthodes employées par la coopérative laitière Sodiaal, Damien Lacombe ne décolère pas.

Le responsable aveyronnais, qui a pris les reines de la structure en 2014, évoque même un travail de « désinformation » de la part de la journaliste de France Télévisions. « Elle avait écrit à l’avance son scenario. Pour elle, la coopérative vivait sur le dos de ses 20 000 producteurs. » Le dirigeant, conscient de l’impact qu’a pu avoir ce sujet, enfonce le clou, parlant de « manipulation ».

En particulier sur les chiffres avancés tout au long du programme. Des données selon lui « amalgamées ». « Ce n’est pas la vérité. L’exploitation qui en a été faite aboutit à de fausses explications, alors que nous avons voulu être transparents ».

Un souci de coopération qui s’est matérialisé par une interview de deux heures, en face à face avec la responsable de l’émission, dans le cadre de la future diffusion. « Elise Lucet a manqué tout de A à Z. Elle a montré ce qu’il ne fallait pas faire et à garder sur la totalité de l’entretien que la partie qui l’intéressait. »

Aujourd’hui, la coopérative Sodiaal ne peut plus revenir en arrière. Et gommer la période de crise qu’elle a traversée fin janvier. Les responsables ont donc dû réagir en urgence et apaiser petit à petit la colère de certains exploitants.

Pour éviter une implosion, une nouvelle politique de communication a été mise en place. Plus pédagogue, avec la volonté d’être transparent sur l’ensemble des résultats de l’union laitière.

Toute l’équipe dirigeante a décidé, également, de revoir sa façon d’échanger avec les adhérents. « L’heure est à l’apaisement, avance Damien Lacombe. Notre mission première est toujours de valoriser le travail de nos éleveurs. Nous savons que c’est nécessaire et que le chemin sera long et difficile ».

Tout le monde est désormais conscient de disposer d’un « vrai bel outil », capable de trouver des débouchés sur des marchés à l’international. « Cette émission n’a rendu service à personne. Elle a même eu l’effet inverse de ce qu’elle désirait. À savoir défendre les producteurs dans un marché actuel très concurrentiel. »

EN VIDEO. LA PARTIE DE L’EMISSION CONSACREE A SODIAAL :

Centre Presse / Jeremy Mouffok
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?