Littérature : l’Aveyronnaise Françoise Besse s’attaque au polar

  • Françoise Besse adore sa région et en fait un acteur majeur de ses romans.
    Françoise Besse adore sa région et en fait un acteur majeur de ses romans.
Publié le , mis à jour

Françoise Besse, enseignante à Rodez, s’est fait un nom dans la galaxie des auteurs de notre département. Il faut dire qu’elle a déjà cinq romans derrière elle : « Requiem à la Roquebrou », « Coup de grisou », « Le Silence des cascades » qui a obtenu le prix des Talents de l’Aveyron en 2016, « Saint Bourrou et le trésor d’Hélyon », « Coup de Lune dans les Palanges ».

Et elle s’est constitué un fidèle public car, outre sa belle écriture, ses textes portent sur l’Aveyron ou les départements limitrophes.

Et voilà qu’elle sort un 6e roman intitulé « La fiancée du barrage », publié aux éditions du Bord du Lot, à l’instar des cinq autres.

Un livre qui se situe aux frontières du polar, de la saga familiale, de la complexité humaine.

Suzanne Cassagnes, la riche propriétaire des Prades-Hautes à Saint-Gérons-sur-la-Cère (Cantal), a été tuée et jetée à l’eau. Qui en est l’auteur ? Quel est ce secret enfoui au fond du barrage de Saint-Étienne-de-Cantalès depuis 1943 ?

Un secret que l’assassin a craint de voir remonter à la faveur de la grande vidange de 1999. Pour tenter d’apporter des réponses à ces angoissantes questions, sa petite-fille Sylvia n’a pour tout indice qu’une aquarelle et les paroles d’une chanson.

Il lui faudra surtout beaucoup de détermination pour parvenir à démêler patiemment les fils d’une vie qui s’entrecroisent avec ceux de la construction de ce grand barrage de Saint-Étienne-de-Cantalès (que les pêcheurs et les randonneurs du Bassin decazevillois connaissent bien). Françoise Besse cultive une nouvelle fois et à merveille l’art de l’intrigue. Les personnages, les sentiments, les lieux, sont détaillés avec son style bien à elle, passant d’une époque à une autre avec aisance et dynamisme.

On laissera au lecteur le soin de trouver la clé de l’énigme. Mais on peut d’ores et déjà lui dire qu’apparaît sous nos yeux tout un univers sociologique : la construction d’un barrage ; la présence d’une main-d’œuvre étrangère, notamment de nombreux Espagnols ; l’environnement que procure une retenue d’eau. Sans oublier un petit clin d’œil sympathique à la chanteuse Françoise Hardy.

« La fiancée du barrage » est en vente dans les librairies et les Maisons de la presse aveyronnaises, au prix de 18 €.

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

205000 €

Exclusivité Decazeville : Belle maison individuelle de type 9 sur un terrai[...]

164000 €

Immeuble de rapport comprenant 3 appartement T2 ( environ 42 m2 chacun) + a[...]

19000 €

Decazeville, proche du centre, venez découvrir ce terrain sur les hauteurs [...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?