Seniors

Accueil des aînés : état des lieux de l’offre en Aveyron

  • Accueil des aînés : état des lieux de l’offre en Aveyron
    Accueil des aînés : état des lieux de l’offre en Aveyron
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

L’an passé, le département de l’Aveyron a consacré 152 millions d’euros (sur un budget global de 365M€) à l’aide sociale, dont environ 55 millions d’euros pour les personnes âgées. L’Apa en établissement représente une enveloppe de 19,9 M€ pour 5 300 bénéficiaires, celle de l’Apa à domicile s’élève à 24 M€ pour 5 800 bénéficiaires.

Selon un tout récent rapport du cabinet d’expertise Syndex, le taux de dépense d’action sociale par habitant en Aveyron, était, en 2016, supérieur de 35 € à la moyenne nationale. Cette situation s’explique pour l’essentiel par une forte dépense (184 € contre 105 €) pour les personnes âgées de plus de 75 ans. Ainsi qu’à un niveau de prise en charge plus élevé, tant au niveau de l’accueil en hébergement que de l’aide à domicile.

Depuis 2010, le coût de la dépendance a augmenté de 18,4 % en Aveyron et, selon les projections, d’ici 2030, le département devra prendre en charge 2 100 personnes dépendantes de plus, relevant de l’Allocation personnalisée d’autonomie (de Gir 1 à Gir 4).

À ce jour, le département dispose de 84 établissements, dont 62 Ehpad, et de 5 965 places autorisées pour accueillir les personnes âgées de plus de 60 ans. Un bon maillage territorial, qui n’est certainement pas de trop, dans un département dont la population est particulièrement âgée.

« Nous avons la chance d’avoir cette diversité et le taux d’équipement le plus élevé de la région Occitanie », se félicite le directeur adjoint du pôle des solidarités départementales, Anthony Rouxel. Et les élus aveyronnais sont particulièrement attachés au maintien de cette offre. Tout comme ils sont attachés à sa dimension sociale, les Ehpad aveyronnais restant accessibles au plus grand nombre, en raison de leur statut public ou associatif.

Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes sont les plus représentés. On en compte 62 pour 5 192 places autorisées. Avec toutefois de fortes disparités entre les six bassins de santé aveyronnais, le taux d’équipement du bassin de santé de Decazeville étant le plus faible avec un taux de 109 places pour 1 000 habitants de plus de 75 ans, contre 151 places pour la moyenne départementale.

Quinze Ehpad disposent d’une unité Alzheimer autorisée pour un total de 286 places. On relève également 91 places d’accueils de jour ainsi que 55 places d’hébergement temporaire, pour une durée maximale de 90 jours. Le coût de l’hébergement et le prix du ticket modérateur sont à la charge de l’usager, qui peut éventuellement bénéficier d’une aide sociale départementale, pour laquelle les trois-quarts des Ehpad aveyronnais sont habilités.

En 2017, 520 personnes ont bénéficié de cette aide. Pour le reste du financement des Ehpad, les dépenses de dépendance relèvent de la compétence financière du département, alors que les dotations de soins sont versées par l’ARS. Précision utile, l’ARS finance les postes de médecins coordinateurs et d’infirmiers, mais seulement 70 % des postes d’aides-soignants, les 30 % restants étant à la charge du conseil départemental. Les niveaux de tarifs en Aveyron sont nettement inférieurs à ceux observés dans d’autres départements.

Selon la direction départementale des personnes âgées et handicapées, le prix moyen de l’hébergement dans les Ehpad aveyronnais habilités à l’aide sociale était de 1 607 €, en 2017. Le rapport Syndex donne, lui, une moyenne de 1 664 € à comparer, par exemple aux 1 842 € du Lot ou aux 2 109 € de l’Hérault. On ne parlera même pas des 2 161 € de la Haute-Garonne !

L’Aveyron compte 3 Ehpa, pour 51 places. Ces structures non médicalisées, pour personnes non dépendantes, sont soit autonomes, soit rattachées à des Ehpad.

On les appelait autrefois foyers logements. Depuis la loi d’adaptation de la société au vieillissement, ils sont devenus des résidences autonomie. L’Aveyron en compte six, à Baraqueville, Colombiès, Decazeville, Millau, Salmiech et Saint-Affrique, pour 334 places. Ce sont des logements pour personnes âgées autonomes, associés à des services collectifs.

Une petite unité de vie est une Ehpad, à taille limitée, de 25 places et chambres maximum. L’Aveyron en compte 4 pour 76 places, à Capdenac, Le Nayrac, Saint-Jean-du-Bruel et Onet-le-Château.

Les unités de soins de longue durée sont adossées à un établissement hospitalier. Le niveau de dépendance y est généralement élevé et les soins y sont plus importants que dans les Ehpad. L’Aveyron compte 7 USLD pour 300 places, à Decazeville, Millau, Rodez, Saint-Affrique, Saint-Geniez, Sévérac-le-Château et Villefranche.

L’offre départementale pour l’accueil des personnes âgées est complétée par un centre d’hébergement temporaire, à Montbazens, qui est en cours de transformation, ainsi qu’un accueil de jour autonome (à la journée ou à la demi-journée) de 12 places, à Saint-Cyprien-sur-Dourdou, dont l’un des objectifs, notamment, est d’assurer un peu de répit aux aidants.

48,57

Le prix moyen, en euros, d’une journée d’hébergement, en 2017, dans un Ehpad aveyronnais. Somme
à laquelle il convient d’ajouter le ticket modérateur (entre 4
et 6 € par jour). L’hébergement au sein d’un établissement habilité à recevoir l’aide sociale revient en moyenne à 1 607 €,
par mois.

Centre Presse
Réagir