Onet : les videurs du Bowling du Rouergue visés par une plainte

  • Le comportement des videurs du bowling mis en cause dans une altercation survenue dehors, samedi soir.
    Le comportement des videurs du bowling mis en cause dans une altercation survenue dehors, samedi soir.
Publié le , mis à jour

Les réseaux sociaux s’enflamment en terre ruthénoise. La raison à cette agitation virtuelle ? Une sombre histoire de violences commises par plusieurs videurs du Bowling du Rouergue, samedi soir.

C’est en substance l’histoire apparue sur le compte Facebook d’une Aveyronnaise, dimanche. Sur la publication, aujourd’hui restreinte, sont racontées les mésaventures d’un jeune homme originaire de Montpellier, petit copain d’une des amies de cette personne, qui célébrait ce soir-là son anniversaire.

Élément déclencheur de cette bagarre, selon Nicolas, protagoniste principal de cete histoire, une « casquette ». Selon les propos de l’intéressé, il aurait été éjecté une première fois de l’établissement par un videur. La faute au « bruit » et au « monde » aux dires de ce dernier. « Je lui ai dit que j’étais venu manger ici, que je retournais à ma table et que nous allions payer. »

Rien n’y fait. L’homme en charge de la sécurité l’aurait, toujours selon le jeune homme, soulevé et éjecté dehors.

À peine entame-t-il une seconde tentative que ce même videur aurait vu rouge. « Il a appelé deux de ses collègues et ils m’ont sauté dessus à trois ». Le garçon est amené dehors et les salariés du bowling lui assènent alors des coups de poing au visage. « Cela s’est passé en très peu de temps, précise l’intéressé. J’ai eu l’impression qu’ils s’acharnaient sur moi. »

De retour à Montpellier, Nicolas panse ses plaies. En l’état, un hématome et une arcade sourcilière ouverte. Avant de prendre la direction de l’Hérault, lui et sa compagne ont déposé plainte à Rodez contre ces trois agents de sécurité.

Une enquête a été ouverte par le commissariat ruthénois, à laquelle coopère le bowling. Jean-Pierre Bastide, un des gérants du site, a mis à la disposition des forces de l’ordre les bandes vidéos de l’altercation. Le responsable joue même l’apaisement. Et regrette un fait qui « n’arrive heureusement qu’une fois de temps en temps. »

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

310 €

A louer Quartier St Firmin, studio de 22.50 m2 Il se compose d'une entrée a[...]

102000 €

Appartement de type 2 dans une résidence sécurisée. Il se compose d'une bel[...]

199900 €

Venez découvrir cette charmante maison de 117 m² composée d'une belle pièce[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?