Les « Tiny house » cherchent à se faire une place en Aveyron

  • Thierry Dupuy propose six « Tiny house » pour vivre au contact de la nature.
    Thierry Dupuy propose six « Tiny house » pour vivre au contact de la nature.
  • Une démarche écocitoyenne qui mêlent confort et état d’esprit.
    Une démarche écocitoyenne qui mêlent confort et état d’esprit.
  • Les « Tiny house » cherchent à se faire une place en Aveyron
    Les « Tiny house » cherchent à se faire une place en Aveyron
Publié le , mis à jour

Voilà un nouveau type d’habitats qui devraient séduire les touristes souhaitant vivre au cœur de la nature. Les « tiny house », débarquent en Aveyron, initiés par Thierry Dupuy, domicilié à St-Geniez qui a fondé son entreprise « Tiny Experience ».

« Ces habitats insolites ont pour but d’être au contact de la nature pour se couper du quotidien en s’installant dans un pré, à l’écart de bourgs pour une vue dégagée. Il n’y a pas d’horloge, le but est d’oublier le temps. Pas de micro-ondes car c’est très énergivore et le but est de se faire à manger ou d’aller à la rencontre de producteurs locaux », explique cet entrepreneur, professeur au lycée de restauration Jean Vigo de Millau qui lui permet de donner vie à son projet.

Au départ dénommé « Déconnexion » pour développer son concept de « Tiny house » sur Internet, Thierry Dupuy l’a inversé pour l’appeler : « reconnexion ». « Les gens passent leur temps sur leur portable, ne voyant plus la réalité qui les entoure. Nous avons ici la chance de vivre dans une nature magnifique, avec la vallée du Lot et l’Aubrac », dit en ce sens Thierry Dupuy. Toutes les conditions sont réunies pour passer des vacances sur les pas de Mark Twain ou d’Henry David Thoreau dans des maisons en bois fabriquées, de surcroît, par une entreprise basée en Occitanie. À ce jour, six « Tiny House » viennent de débarquer à St-Geniez cherchant désormais des locataires pour la belle saison ou en faire l’acquisition.

Mais là où le bât blesse reste dans l’espace naturel. L’entreprise « Tiny Experience » cherche des terrains pour y poser une maison en bois insolite. « Je me heurte à l’urbanisme ainsi qu’aux agriculteurs et accessoirement quelques municipalités car je désire les implanter en milieu rural et non dans un camping afin que les futurs clients soient au milieu de la vie rurale et participent à l’économie locale », conclut cet entrepreneur, amoureux de la nature, natif de Dordogne.

Collées à la vie citadine ou parquet dans un camping, ces maisons insolites y perdent leur vocation initiale. Elles se dénaturent. Thierry Dupuy proposera même des VVT et donnera une liste de producteurs locaux pour parfaire ces vacances et se reconnecter à la nature. Ses six « tiny houses » sont de deux modèles, l’un avec simple mezzanine, l’autre avec double mezzanine, histoire de prendre de la hauteur. L’appel est lancé aux êtres en quête d’authenticité et aux communes pour se faire connaître et valoriser leur région.

Renseignements au 0 6 74 10 73 44 ou thierry.dupuy@outlook.fr

Cabane, yourte, roulotte, tipi ou encore tentes canadiennes comme au glamping Terre Rouge de Villecomtal, les logements insolites sont dans l’ère du temps dans ce besoin de dépaysement et se développent à un rythme croissant. L’origine des « tiny house » (maisons minuscules en français) vient des États-Unis suite à l’ouragan Katarina en 2005 et la crise immobilière dite des subprimes en 2008. L’idée a germé de fabriquer des logements économes, posés sur des remorques, mais à la différence des mobil-homes et des caravanes, la volonté d’en faire une démarche 100 % écologique (bois, toilettes sèches...) avec photovoltaïques. Cela n’empêche pas le confort avec 12 cm d’isolation et du charme dans la construction. Aux États-Unis, les « tiny house » ont pris un tel essor qu’elles vont de pair avec un nouveau mode de vie, proche de la nature. En France, il existe 26 « tiny house » dont six désormais en Aveyron. Le concept est encore à ses balbutiements d’où l’ignorance et la méconnaissance mais la demande est en plein essor. Ne pas hésiter à consulter le site du fabriquant du Sud-Ouest : www.loutinyhouse.com

Centre Presse / Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?