Aveyron : Une 16e Classic typée plein sud

  • Environ 480 pilotes sont attendus du 23 au 25 août sur le parcours aveyronnais, aux accents très « sudistes ».
    Environ 480 pilotes sont attendus du 23 au 25 août sur le parcours aveyronnais, aux accents très « sudistes ».
Publié le , mis à jour

Une fois n’est pas coutume, l’Aveyronnaise Classic a choisi de bivouaquer presque exclusivement en Sud-Aveyron pour sa seizième édition, programmée les 23, 24 et 25 août.

Classique parmi les Classics, l’étape annuelle de moto enduro sillonnera toute la palette de couleurs et de tracés que peut proposer le sud du département, du Lévezou au Larzac en passant par les terres ocre du Rougier.

Au départ de Laissac le jeudi, les 480 pilotes annoncés prendront la direction de Saint-Affrique. Ils rallieront ensuite Camarès pour la première fois de l’histoire de l’épreuve, avant de franchir la ligne d’arrivée à La Cavalerie, le samedi.

L’objectif ? « Se régaler et faire découvrir ce beau département de l’Aveyron et ses vastes territoires », soulignent les organisateurs de l’épreuve estampillée Mutuelle des motards.

Les 230 km de tracé et la douzaine de spéciales offriront de sacrés terrains de jeu aux pilotes. « Ils vont alterner entre la traversée du Lévezou, les terres arides du Rougier et les tracés lunaires du Larzac, décrivent les organisateurs, qui changent chaque année le parcours pour offrir aux pilotes de nouveaux grands espaces à découvrir, au cœur de la nature. Le but du jeu, c’est que ce soit accessible à tout le monde, que chaque pilote soit capable de rallier l’arrivée en se faisant plaisir. »

Une ambition qui serait irréalisable sans l’appui des clubs et sections locales du comité départemental de moto. Partout où elles passent, les équipes de l’Aveyronnaise Classic bénéficient du soutien indéfectible des bénévoles. « C’est très important pour nous, pour ne pas dire totalement indispensable », insiste Sylvain Evanno, président du comité départemental, qui figure parmi les organisateurs.

Le renouvellement annuel du tracé permet également de mobiliser des équipes locales différentes d’une année sur l’autre.

« On change volontairement de territoire pour faire tourner les équipes, poursuit Sylvain Evanno. Les moyens humains sont vraiment considérables. Chaque territoire a su acquérir, avec le temps, des compétences en matière d’organisation et de respect de l’environnement, ce qui a aussi permis de pérenniser l’épreuve. »

Cette année encore, plus de quatre cents bénévoles vont, en amont, réaliser le travail de préparation (reconnaissance, débroussaillage, balisage...), mais aussi assurer, le jour J, l’accueil et la logistique nécessaires à cette grande manifestation itinérante.

Des compétences dont peut se féliciter le Sud-Aveyron, choisi pour « son accueil, la beauté de ses paysages et son savoir-faire en matière d’organisation. »

(Victor Guilloteau/ Midi Libre)

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?