Aveyron : le prélèvement à la source, c’est maintenant !

  • Alain Defays, directeur départemental des Finances publiques de l’Aveyron (à gauche), et Jean-Luc Canouet, directeur du Pôle fiscal.
    Alain Defays, directeur départemental des Finances publiques de l’Aveyron (à gauche), et Jean-Luc Canouet, directeur du Pôle fiscal.
Publié le

Le prélèvement à la source. Ou Pas, pour les « intimes » de la chose fiscale. C’est ce à quoi vont devoir s’habituer les Français en matière d’impôt sur le revenu.

Dans le cadre de la campagne de déclaration 2018 et de la stratégie de communication qui l’accompagne, Alain Defays, directeur départemental des Finances publiques de l’Aveyron, et Jean-Luc Canouet, directeur du Pôle fiscal, sont montés hier matin au créneau pour, en quelque sorte, dédramatiser le nouveau dispositif.

Un dispositif limité à tout ce qui entre dans les revenus réguliers, que l’on parle salaires, pensions, revenus locatifs...

« Le Pas ne change en rien le calcul de l’impôt, c’est seulement le mode de prélèvement qui va changer, se sont attachés à expliquer les deux responsables fiscaux. Cela ne changera pas non plus l’interlocuteur fiscal, pas plus que l’obligation de déclaration de revenus à chaque printemps. Si l’on doit retenir une chose, c’est que le nouveau système va permettre une meilleure adéquation entre la perception du salaire et le prélèvement de l’impôt sur le revenu. Le Pas vise ainsi à adapter le recouvrement de l’impôt au titre d’une année à la situation réelle du particulier. Il a pour but de supprimer le décalage d’un an qui existait jusqu’alors entre la perception des revenus et le paiement de l’impôt sur ces revenus. »

Alain Defays et Jean-Luc Canouet ont également insisté sur quelques points « essentiels » dans la mise en pratique du nouveau dispositif.

En premier lieu, chacun devra impérativement fournir ses coordonnées bancaires, afin de permettre le Pas, mais aussi les remboursements de crédits d’impôts ou de trop-perçu, ou les prélèvements en cas de restes à percevoir.

De plus, la sécurisation des états civils des enfants à charge, avec la prise en compte de nouveaux renseignements, sera demandée dans la déclaration à faire dans les jours et semaines qui viennent.

Centre Presse / François Cayla
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?