VIDÉOS. Football : Rodez, plus mal qu’une simple défaite

  • VIDÉOS. Football : Rodez, plus mal qu’une simple défaite
    VIDÉOS. Football : Rodez, plus mal qu’une simple défaite
Publié le , mis à jour

Le capitaine Da Silva qui n’est pas en capacité de se présenter devant la presse, le président Murat qui fait monter les degrés et les décibels dans le couloir des vestiaires et un tableau d’affichage implacable ! Oui, les Ruthénois ont perdu gros hier soir dans un pourtant bouillant stade Paul-Lignon garni comme jamais cette saison.

Avec le neuvième revers de la saison encaissé devant une équipe choletaise qui jouait sa survie en National 1 (0-1), ils ont raté une énorme occasion dans leur course à l’accession en Ligue 2.

Si tout n’est pas fichu, un nul aujourd’hui entre Béziers et Laval les arrangerait tout autant que la défaite hier soir de Grenoble à Chambly (1-0).

Rarement, une première période aura été aussi ouverte et riche en occasions à Paul-Lignon. Cholet et son statut de meilleure attaque avec 46 buts marqués (mais pire défense avec 48 encaissés) n’y sont pas étrangers. 8e : Basilio sauve face à Sarr. 15e : Gomez frappe après un cafouillage, au dessus.18e : perte de balle de Daillet et c’est Sarr qui s’essaie à nouveau, encore hors cadre.

Une minute après, Bertrand fait se détendre Basilio. Mais c’est la cinquième opportunité qui aura été la bonne pour les Choletais. Puisque sur un centre, Sarr se retrouvait bien seul et décochait une tête imparable (41e). Les Ruthénois tiraient la langue.

Car s’ils ont largement subi le jeu choletais, ils ont aussi réussi à se montrer dangereux ; et cela, même si les absences de Boissier et Mellot ont été très préjudiciables.

Car si Bardy avait trouvé le cadre sur sa tête rageuse sur corner (27e), la partie aurait été différente. D’autant que ce n’était pas la seule opportunité d’Aveyronnais pour autant pas aussi souverains que d’habitude dans les duels et gourmands en termes de déchet technique.

D’entrée (7e), Da Silva centrait pour un Coupin seul au centre, passe contrée. Puis après l’ouverture du score, Chougrani a bien failli reprendre victorieusement un centre de Ras (39e) avant que Ruffaut voie une de ses frappes flirter avec la lucarne (44e).

De l’envie mais trop de déchet, une fin de match enflammée

Venus chercher des points pour se sauver, les hommes du Maine-et-Loire ne voulaient rien lâcher. Mais face à eux, les Rouergats savaient qu’un revers hypothéquerait grandement leur fol espoir de L2. Alors, comme à Pau le week-end précédent (succès 2-1), ils sont sortis des vestiaires comme des lions. Enfin.

Une possible main choletaise dans la surface aurait pu être sifflée (47e) avant que Daillet rate encore le coche de la tête sur corner (54e). Trop d’occasions laissées en route quand on aspire à un destin enchanteur.

D’ailleurs, plus la trotteuse tournait, plus les sang et or mettaient du cœur à l’ouvrage, bien aidés par les changements offensifs d’un Peyrelade jetant ses forces dans la bataille juste avant l’heure de jeu. La tension montait aussi d’un cran sur le terrain entre des hommes aux ambitions certes contraires mais bien marquées

Et si Ayari avaient deux opportunités en cinq minutes (63e et 67e), Cholet était tout près du but du KO quand à la 66e, Zinga, seul face à Basilio, voyait sa frappe sortie par le pied d’un Daillet revenu du Diable Vauvert. L’envie débordait côté Ruthénois et le public donnait aussi des allures de match de Coupe à une fin de partie enlevée et tendue.

Mais la débauche d’énergie n’était pas récompensée. Ni sur le coup franc direct de Ouammou (75e), ni sur un corner de l’ultime chance (89e) dont la reprise de la tête par Bardy a été sauvée sur sa ligne par Sango. Rodez a tout tenté.

Mais Rodez a échoué.

Centre Presse / Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?