Actu

LSA, le maintien avec la manière

  • LSA, le maintien avec la manière
    LSA, le maintien avec la manière
Publié le / Modifié le S'abonner

Miquel, l’ouvreur du LSA XV, se souviendra certainement longtemps de cette 81e minute lors de laquelle, d’un superbe coup de pied, il a inscrit les trois points de l’égalisation face à Fleurance et ainsi validé le maintien de son club en Fédérale 2, sans avoir besoin de tenir compte du résultat de Decazeville.

C’est d’ailleurs dans la foulée de cette égalisation que l’arbitre a sifflé la fin de la rencontre. C’est alors un énorme cri de joie qui a retenti dans le stade Louis-Bernad, à Réquista, les 800 spectateurs vibrant à l’unisson avec les joueurs.

Mais avant cette 81e minute, il s’en était passé des choses. Les joueurs du Ségala, remontés comme des coucous suisses, ouvraient le score grâce à un splendide essai de Regourd, transformé par Revel. Moins de trois minutes plus tard, les Gersois leur rendaient la pareille et revenaient à égalité.

Il était dit que cette première période serait un festival offensif tant les deux équipes avaient envie de faire vivre le ballon et de faire la différence. Et à ce petit jeu-là, c’est encore Lévezou Ségala qui allait à dame grâce à Mathieu Jourdas à la 11e minute. Par la suite, le buteur de Fleurance réduisait l’écart sur un coup de pied, avant que son homologue aveyronnais ne fasse preuve de la même réussite cinq minutes plus tard.

On sentait bien que personne ne voulait lâcher le moindre point et si, à la demi-heure de jeu, les Gersois revenaient à égalité en inscrivant un nouvel essai, les deux formations se rendaient coup pour coup et la pause était atteinte sur le score de parité de 17-17.

Au retour des vestiaires, les débats restaient équilibrés et il fallait une pénalité transformée par les Gersois pour que ces derniers prennent l’avantage pour la première fois de la rencontre. LSA allait-il lâcher face au leader, qui multipliait les attaques ? Non ! Vaillant en diable, il inscrivait un troisième essai et reprenait l’avantage. Le paquet de Fleurance puisait alors dans ses dernières réserves pour transpercer la défense aveyronnaise et inscrivait un essai collectif à trois minutes de la fin du temps réglementaire.

Les affaires semblaient pliées mais les gars du Ségala, qui s’étaient promis de prendre au moins les deux points du match nul, synonymes de maintien, s’emparaient rapidement du ballon et acculaient dans leurs vingt-deux mètres des Gersois médusés, qui ne s’attendaient pas à pareille résistance et se mettaient à la faute pour éviter le pire. C’était à la 81e minute, lors de laquelle était sifflée cette fameuse pénalité, qui posait toutefois un dilemme au LSA XV : devait-il la jouer à la main et viser la gagne ou tirer au but ? Étant donné qu’elle était en bonne position, dans les 22 mètres adverses, quasiment face aux poteaux, c’est finalement la voie de la sagesse qui l’emportait. La suite, on la connaît : le Lévezou Ségala pouvait exulter, il venait de gagner son pari, et de quelle manière, en tenant en échec une formation de Fleurance qui n’était pas venue chez lui en touriste.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir