Rodez

Aveyron : Clévacances dans l’air du temps avec la réservation en ligne

  • Le bureau de Cléavacances 12 a fait de gros progrès pour coller aux tendances actuelles.
    Le bureau de Cléavacances 12 a fait de gros progrès pour coller aux tendances actuelles.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

La conjoncture n’est pas spécialement favorable aux labels pour les hébergements touristiques (meublés de tourisme et/ou chambres d’hôtes) avec de plus en plus de consommateurs privilégiant désormais les plates-formes de vente en ligne tel Airbnb, Booking, Abritel et autres.

Et ce, « malgré les déconvenues dont certains locataires de ces nouveaux acteurs se sont fait l’écho », a notamment précisé Dominique Debuire, président de Clévacances Aveyron, lors de l’assemblée générale du label qui s’est tenue vendredi à la CCI de Rodez.

Devant une partie de la centaine d’hébergeurs adhérents à Clévacances 12, celui qui est également administrateur et directeur de Clévacances France, a indiqué « dans le même temps, nous avons fait de gros efforts pour nous adapter aux nouveaux modes de consommation et proposer, nous aussi, la réservation en ligne sur le site clevacances.com. Notre avantage, c’est qu’aux yeux des consommateurs, l’appartenance au label est un gage de qualité et de sécurité. De plus, les hébergements proposés au label sont vérifiés régulièrement par les techniciens de Clévacances. Cela nous permet de déterminer un critère de confort qui s’exprime en nombre de clés, allant de 1 à 5. Cinq, représentant un hébergement exceptionnel. En plus d’être accompagné dans son activité, l’adhérent trouve ainsi une aide précieuse dans la commercialisation de son hébergement touristique. Et cela, avec des frais nettement inférieurs à ce que prennent les nouveaux acteurs du e-tourisme », a enfoncé le directeur.

Un responsable de l’ANCV est aussi intervenu pour rappeler l’intérêt pour les hébergeurs d’accepter le Chèque Vacances. « Cela représente une manne de 1,7 milliard d’euros chaque année », a déclaré le responsable. Et le même d’insister : « Ces 1,7Mds € en chèques vacances ne peuvent être dépensés que dans l’industrie touristique. »

Pour finir, les membres de Cléavacances ont fait part de leur ambition de faire progresser le parc dans les prochaines années, participant ainsi à la montée en qualité de l’hébergement touristique dans le département.

« Deux évolutions majeures vont y contribuer, a expliqué le directeur Debuire. Le développement de la réservation en ligne et le partenariat établi avec Michelin loisirs qui permettra une forte visibilité du label et des hébergements sur tous les sites de la multinationale clermontoise. »

Réagir