Druelle

Course pédestre : la Boucle druelloise fait peau neuve ce 1er mai

  • Course pédestre : la Boucle druelloise fait peau neuve ce 1er mai
S'abonner Mis à jour le -- partages

Place à la septième manche du Challenge Groupama-Centre Presse demain. Cette fois-ci, les coureurs vont se rendre sur les routes de Balsac à Druelle et, nouveauté 2018 selon l’organisatrice Anne-Marie Calmels, « sur un tout nouveau parcours ! » Et d’indiquer : « Les inscriptions se feront à Druelle et une navette déposera ensuite les sportifs sur la ligne de départ à Balsac. Pour l’instant, nous avons une centaine de pré-inscriptions. C’est un très bon score. Ensuite tout dépendra de la météo, mais nous pouvons aller jusque 350-400 personnes avec les différentes courses. »

En effet, ce sont plusieurs épreuves qui sont proposées au choix des sportifs de ce 1er mai : une randonnée dès 9 h, le trail du Roc d’Aupio (15 km) à 9 h15, la course enfants, le 10 km à 10 h et pour terminer le 5 km à 10 h 15. La course reine, le 10 kilomètres comptant pour le Challenge, a selon l’organisatrice « peu de favoris ou de noms connus pour le moment à part Simon Dubocage. C’est tant mieux pour tout le monde, ça sera une course ouverte du coup ! » Simon Dubocage qui va d’ailleurs enchaîner sa septième course, lui qui est toujours leader au classement général à l’aune de parcourir les routes de Druelle. Concernant le parcours, on peut dire que la difficulté sera là... sans être forcément trop présente. 500 mètres de dénivelé à compter qui feront certainement un peu mal aux cuisses des amateurs mais qui ne devraient pas rebuter les plus aguerris des runners. Et si encore une fois la météo peut calmer quelques velléités pour les moins téméraires, Anne-Marie Calmels a un dernier mot pour eux : « La météo sera bien différente, pas d’inquiétude. Et puis il vaut mieux qu’il fasse frais pour courir, c’est plus agréable. Et surtout, l’ambiance sera toujours plus chaleureuse à l’intérieur. On offre l’apéro après la course ! Et ça tout le monde ne le fait pas ! » Les derniers contres arguments ayant été balayés, il ne reste plus qu’à enfiler ses baskets et prendre la route de Druelle.

Réagir