Millau

A Saint-Affrique samedi soir, Frédéric Fromet dézingue tout ce qui est « trop sérieux »

  • Sur scène, il est accompagné de deux musiciens : Franiçois Marnier et Rémy Chatton.
    Sur scène, il est accompagné de deux musiciens : Franiçois Marnier et Rémy Chatton.
Publié le / Modifié le S'abonner

Programmé par la Maison du peuple, Frédéric Fromet sera ce soir à 20 h 30 à la salle des fêtes de Saint-Affrique.

Sur les ondes comme sur scène, Frédéric Fromet ne mâche ni ses mots ni ses notes. Sur France Inter, qui l’a fait connaître du grand public, le chansonnier-humoriste à la voix haut perchée s’inscrit pleinement dans la lignée des Vizorek, Vanhoenacker et Meurice. Ceux-là même qui l’ont repéré dans un théâtre parisien pour le propulser dans la grille hebdomadaire de la radio publique.

Avec sa gratte, il s’invite dans l’émission Par Jupiter ! chaque vendredi pour sa « chanson d’actualité ». Là, souvent sur des airs parodiques, il dézingue tout ce qui bouge. Avec une préférence pour « ceux qui se prennent au sérieux ». « J’estime que rien ne justifie que la vie, en général, soit prise au sérieux, concède-t-il avant sa venue à Saint-Affrique, ce samedi soir. Donc les personnes qui se prennent au sérieux sont mes cibles préférées. » Il les rate rarement.

« J’ai la pression »

Depuis son entrée dans la grande famille des humoristes de France Inter, Frédéric Fromet se sait attendu. « Avant, quand je me produisais devant 10 personnes, j’étais content, se souvient-il. Maintenant, j’ai plus de dates, plus de monde. Et souvent, les gens qui viennent me voir ont aussi vu Alex Vizorek et Guillaume Meurice, j’ai la pression. »

Plus « concerné » par les problématiques sociétales que réellement « engagé », Frédéric Fromet écrit toutes les semaines pour la radio. Et pioche, parmi ses mille et un textes, ceux qu’il présentera sur scène. « L’actualité va si vite, que je suis parfois obligé d’écarter des chansons déjà périmées », explique-t-il. Et de s’esclaffer : « Maintenant que ces idiots, en Corée, se réconcilient, qu’est ce que je fais de mes textes sur Kim Jong-un ? »

Contrairement à ses chroniques radio dans lesquelles il officie seul, Frédéric Fromet est accompagné, sur scène, de deux musiciens, « des vrais ! ». Il s’agit de François Marnier et de Rémy Chatton, à la contrebasse et à l’accordéon. « Eux savent vraiment jouer et chanter, confie l’humoriste. Ils habillent mes textes. Moi, là-dedans, je ne fais que de la figuration. Je fais juste comme je peux. »

« A Paris, les gens sont blasés »

Ravi de venir en Aveyron « pour la première fois » (il sera aussi à Capdenac, dimanche), l’humoriste est surtout heureux de quitter Paris. « Ils sont tous coincés et blasés à Paris, rigole-t-il volontiers. J’aime, dans le spectacle, interagir avec le public. À Paris, personne ne me répond, alors que souvent, ailleurs, je suis obligé de calmer les gens. » Une bonne manière de mettre le public sud-aveyronnais en jambe !

Tarifs 10 €, 15 € et 20 €. Infos et réservations sur le site www.maisondupeublemillau.fr

Réagir