Rodez

Une nouvelle artothèque s’installe en terre ruthénoise

  • Pour que l’art se démocratise.Photo José A. Torres
    Pour que l’art se démocratise.Photo José A. Torres
Publié le / Modifié le S'abonner
Les trois premières bases seront plantées à Montpellier, Rodez et Bagneux. D’autres vont rapidement suivre à Saint-Brieuc, Paris Grand Sud, Lille...

L’idée est de fabriquer des amateurs d’art... D’avoir de l’art pas cher chez soi... L’idée qu’on ne peut pas vivre sans art est un enjeu décisif...» Ainsi s’exprime Thierry Angles, l’un des responsables de la maison d’édition montpelliéraine Anagraphis, venu présenter la nouvelle artothèque ruthénoise, accompagné de Louis, le sérigraphe, et dont Ana Porneczi (l’épouse du photographe Balint Porneczi) sera la dépositaire aveyronnaise.

Pensée comme nationale, ubiquitaire et multilocalisable, cette artothèque entièrement numérique, qui se veut, avant tout, populaire, au service des artistes et de leurs éditeurs est née à Montpellier, à partir de la collection de sérigraphies d’art éditées depuis 39 ans par Anagraphis. Les trois premières bases en seront Montpellier, Rodez et Bagneux. D’autres vont rapidement suivre à Saint-Brieuc, Paris Grand Sud, Lille...

Pour 10 € par mois

Pour un abonnement mensuel de 10 € (15 € hors taxes pour les entreprises, qui peuvent défiscaliser), l’amateur peut emprunter une œuvre. Toutes les œuvres sont proposées à la location pour une durée d’engagement de 3 ans, avec la possibilité de changer son œuvre à tout moment. L’abonné peut également, s’il le souhaite, faire l’acquisition de l’œuvre empruntée à des conditions avantageuses.

Des centaines d’œuvres

Estampes et photos numérotées et signées des artistes, mais également œuvres numériques originales, dont un célèbre Picasso, le fonds originel de l’artothèque comprend quelque 700 œuvres originales de 160 artistes représentatifs des courants majeurs de l’art contemporain, de la figuration narrative, de l’art singulier, de la bande dessinée, du street art...

L’artothèque de Rodez dispose dès aujourd’hui d’un fonds de 100 œuvres originales de plus de 60 artistes parmi lesquels Hervé Di Rosa, érro, Edouard Pignon ou Robert Crumb, mais également plusieurs artistes aveyronnais.

Bénéficiant du soutien de la Ville et du collectif d’artistes Prodiges, l’arthotécaire ruthénoise souhaite « rendre l’art accessible à tout le monde, diffuser le travail des artistes locaux et proposer des découvertes artistiques. » Elle envisage aussi de créer des fiches pédagogiques pour les enseignants, afin de sensibiliser les plus jeunes.

Et Ana Porneczi d’encourager également diverses collaborations avec, par exemple l’autre artothèque aveyronnaise, basée depuis plusieurs années en terre ségali, ou l’atelier de lithographie 6 026 cm2, installé depuis quelques mois à Flagnac. « Une belle initiative que la ville accompagnera », s’est réjouie l’adjointe au maire, Sarah Vidal. En espérant, tout simplement, que de telles initiatives donneront le goût de l’art à de nombreux Aveyronnais.

L'immobilier à Rodez

405 €

Jolie petit T2 studio dans une petite copropriété.[...]

50 €

LAYOULE garage de 16.70 M2[...]

493 €

RODEZ à proximité du tour de ville et de toutes commodités, venez découvrir[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir