Cinéma

L’histoire rêvée de Lou Ravelli au festival de Cannes

  • La Ruthénoise Lou Ravelli (à gauche) durant le tournage du long métrage « Sauvage » du réalisateur Camille Vidal-Naquet.
    La Ruthénoise Lou Ravelli (à gauche) durant le tournage du long métrage « Sauvage » du réalisateur Camille Vidal-Naquet. - PIXCOR
Publié le / Modifié le S'abonner
La jeune Ruthénoise, scolarisée à François-d’Estaing, vit une aventure formidable à Cannes. Elle joue dans « Sauvage », le premier long-métrage de Camille Vidal-Naquet. Le film est présenté en avant-première mondiale le 10 mai.

La Ruthénoise Lou Ravelli compte bien se faire remarquer au prochain festival de Cannes (du 9 au 17 mai).


Après avoir brillamment réussi un casting, elle a été choisie pour jouer un rôle dans le premier long-métrage du réalisateur Camille Vidal-Naquet, qui a été sélectionné dans le cadre de la Semaine de la critique.


Dans « Sauvage », le titre de l’œuvre, Lou Ravelli fait des apparitions aux côtés du personnage principal, Léo (Félix Maritaud). Ce dernier interprète un homosexuel, un peu paumé, qui se prostitue tout en cherchant à vivre un grand amour.

À 20 ans, Lou Ravelli espère bien elle aussi camper des rôles principaux. En attendant, avec cette œuvre présentée à la presse le 9 mai et en avant-première mondiale le 10 mai, elle vit un conte de fée.

Elle trépigne d’impatience en attendant de trouver « la » robe pour apparaître sous ses plus beaux atours. « J’ai lancé un appel sur Facebook pour trouver un jeune créateur qui m’habillera. Ce sera une façon de le faire connaître aussi », confie Lou.


Une expérience extraordinaire


En plus de briller bientôt devant les photographes du monde entier, Lou Ravelli a déjà vécu une expérience extraordinaire durant le tournage.


« J’ai tourné des scènes exclusivement nocturnes dans un squatt entre 18 heures et 6 heures du matin.J’ai adoré car l’équipe était très soudée et j’ai eu une préparation géniale. Le réalisateur nous donnait les directives, mais en même temps, il nous laissait improviser. Du coup, c’est un rôle de composition que j’ai interprété », se réjouit la jeune femme.

Encore à l’âge de l’insouciance et du haut de ses 20 ans, Lou Ravelli veut se lancer cette fois-ci dans l’écriture d’un livre. « J’ai été poussée par mes abonnés Facebook et je veux témoigner des moments difficiles que j’ai vécus pour aider les adolescents », ajoute-t-elle avec un sourire.


La jeune Ruthénoise qui a fait sa scolarité au lycée François-d’Estaing de Rodez, section cinéma, compte emménager prochainement à Paris. « Avec un agent, je pense avoir plus de chance pour dénicher des rôles », espère-t-elle.


En attendant de pouvoir jouer avec les grands comédiens ou de devenir, qui sait, une star, Lou Ravelli n’a pas déserté sa chaîne Swan Neptune (sur You Tube) qu’elle va redynamiser à la rentrée.

« J’en suis à 37 000 abonnés et 3,5 millions de vues », dit-elle avec beaucoup de satisfaction.

À lire aussi
Réagir