Santé

Une campagne pour montrer au gynécologue "l'origine du monde"

  • Mardi est la Journée mondiale du cancer de l'ovaire, dont les tumeurs rares tuent plus de 3.100 femmes par an en France.
    Mardi est la Journée mondiale du cancer de l'ovaire, dont les tumeurs rares tuent plus de 3.100 femmes par an en France. - didesign021 / IStock.com
S'abonner Mis à jour le -- partages

(AFP) - Aller une fois par an chez le gynécologue pour le dépistage des cancers de l'appareil génital, c'est le message d'une campagne accrocheuse où des stars évoquent tous les noms qu'on donne au sexe féminin.

(AFP) - Aller une fois par an chez le gynécologue pour le dépistage des cancers de l'appareil génital, c'est le message d'une campagne accrocheuse où des stars évoquent tous les noms qu'on donne au sexe féminin.


Mardi est la Journée mondiale du cancer de l'ovaire, dont les tumeurs rares tuent plus de 3.100 femmes par an en France.

"Les cancers gynécologiques touchent, chaque année plus de 15.000 femmes en France", rappelle l'association Imagyn (Initiative des malades atteintes de cancers gynécologiques), à l'origine de cette campagne.

La majorité d'entre eux touche des femmes ménopausées, âgées de plus de 50 ans. "Mais en raison d'un suivi insuffisant, un certain nombre de cancers du col de l'utérus sont détectés sur des femmes de moins de 40 ans", a-t-elle ajouté.

La campagne s'appuie un spot diffusé à la télévision, dans les cinémas et sur internet, réalisé par l'agence Havas.

Y défilent des femmes célèbres ou personnalités qui disent "comment elles nomment leur sexe". Depuis la "chatte" de Catherine Jacob à "l'origine du monde" de Florence Loiret-Caille, en passant par le "berlingot" de Flavie Flament.

"Le niveau d'information reste trop faible et les messages de prévention insuffisants pour que toutes les femmes puissent prendre conscience du risque et aillent consulter", selon la présidente de l'association, Coralie Marjollet.

Source : Relaxnews

Réagir