Cinéma

Festival de Cannes. Quand l’Aveyron déboule sur le tapis rouge de la Croisette

  •  Les « acteurs » de Tous au Larzac n’étaient pas passés inaperçus ! Archives E.T.
     Les « acteurs » de Tous au Larzac n’étaient pas passés inaperçus ! Archives E.T.
S'abonner Mis à jour le -- partages
C’est aujourd’hui que s’ouvre le 71e festival de Cannes, dont le jury est présidé cette année par l’actrice australienne Cate Blanchett.

Le dernier Aveyronnais en date à avoir marqué le festival de Cannes, c’est Alain Guiraudie. Le Villefranchois était en lice, en 2016, avec son film « Rester vertical ».

« Le premier choc de Cannes », avait titré le Nouvel Obs, pour relater cette histoire de Léo, parti à la recherche d’un loup, sur le causse de Lozère où il rencontre une bergère avec qui il a un enfant. Une dérive poétique qui n’a pas reçu de récompense à la différence, trois ans plus tôt de « L’Inconnu du lac » qui reçut le prix de la mise en scène dans la catégorie « Un certain regard ».

Film qui, par ailleurs, reçut également le César du meilleur espoir masculin. Autre temps fort aveyronnais dans les annales du festival de Cannes. la présentation hors compétition, en 2011, du documentaire de Christian Rouaud, « Tous au Larzac ». À cette occasion, les Mallié, Bové, Tarlier, Vincent ou Roqueirol et Burguière avaient enfilé la tenue de gala. Ils avaient aussi, et la Croisette s’en souvient aussi, défilé avec une banderole réclamant la fin de l’extraction des gaz de schiste !

Il faut dire que cela faisait un petit moment que l’Aveyron n’avait pas fait parler de lui au festival puisque, avant ce coup d’éclat, il faut remonter à 2006 et la projection du film « Ici Najac, à vous la terre », de Jean-Henri Meunier. Un film, lui aussi, présenté hors-compétition.

 

À lire aussi
Réagir