Bozouls

Derniers ajustements en cours pour le projet du pôle de méthanisation

  • Les acteurs du projet à l’écoute des spécificités techniques.
    Les acteurs du projet à l’écoute des spécificités techniques.
Publié le / Modifié le S'abonner

C’est en présence des élus Jean-Luc Calmelly, Nicolas Bessière, Jean-Claude Anglars et du député Stéphane Mazars que les adhérents et acteurs du futur pôle de méthanisation se sont réunis sous la présidence de Thierry Cabrolier.

«Ravis que ce projet territorial à dimension agricole et environnementale arrive dans une phase de finalité. Il reste encore des étapes à franchir, mais la bonne participation des agriculteurs prouve le sérieux de cette future unité de méthanisation», déclarait en préambule Jean-Luc Calmelly.

Après des différentes études de faisabilité, menées depuis 2016, la société Métha-Causses production qui regroupe une soixantaine d’agriculteurs et quelques industriels dans un rayon de 10 km devrait voir le jour cette année. Métha-Causses financera l’unité, la construira, l’exploitera, contractera l’emprunt et redistribuera les dividendes aux adhérents. Les acteurs du projet sont Métha-Causses à hauteur de 40 %, Engie/Suez (25 %) et la Caisse des dépôts (35 %).

Métha causses (actionnaire majoritaire) gérera les apports de gisements agricoles à l’unité et le retour des digestats sur les terres d’épandage. Engie-Suez exploitera l’unité de production, fournira les co-substrats à l’unité de production, achètera et valorisera le bio méthane produit. La Caisse des dépôts, enfin, Banque d’État apporte des fonds propres dans le projet ainsi que son expertise technique, juridique et financière.

Un exposé technique et détaillé a été présenté par Benoît Labascoule et Philippe Barthas de la chambre d’agriculture concernant le process, la gestion des digestats, l’évolution de l’azote lors de la méthanisation, la réduction des odeurs et tous les intérêts agronomiques de fertilisation lors du retour des digestats dans les champs.

Deux études précises ont été présentées sur deux exploitations différentes afin de démonter l’intérêt économique en prenant en compte tous les critères.

Le taux interne de rentabilité du pôle de méthanisation est évalué à 7,493 %.

Le planning sera le suivant : 2018, création de la SAS production ; 2019, dépôt du dossier ICPE et permis de construire ; 2020, validation et bouclage du financement pour un démarrage de la construction en 2021.

«C’est un projet collectif en associant les élus qui valorise le territoire et qui a une incidence sur l’économie par la création d’emplois avec une démarche vertueuse. Valoriser les déchets en circuit court, cela a du sens», conclut Jean-Claude Anglars.

Réagir