Rodez

L'hôpital Sainte-Marie en grève pour demander une « prime égalitaire »

  • Le service sera perturbé aujourd’hui entre 10 heures  et midi.
    Le service sera perturbé aujourd’hui entre 10 heures et midi.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

À l’appel de la CGT, certains salariés de l’établissement seront en grève aujourd’hui pour revendiquer une « meilleure répartition » du Crédit d’impôt sur la taxe sur les salaires (CITS).

« Cette prime, ils la doivent aux salariés. Cela ne mettrait pas l’association en péril économique ». À l’appel de la CGT du centre hospitalier Sainte-Marie de Rodez et de son délégué Francis Cunnac, certains salariés de l’établissement seront en grève aujourd’hui, de 10 heures à midi, pour revendiquer, comme l’affirme le syndicaliste, « une prime égalitaire pour tous les non-cadres dans le cadre d’une redistribution du Crédit d’impôt sur la taxe sur les salaires (CITS) ».

Le CITS, entré en vigueur en 2017 et qui sera supprimé à la fin de l’année, permet une exonération de taxe sur les salaires (inférieurs ou égaux à 2,5 fois le Smic) à hauteur de 4 %, ce qui a permis l’an passé au centre hospitalier de « récupérer » près de 820 000 €.

Les salariés sont très en colère

« La CGT se bat depuis plus d’un an pour une redistribution aux salariés. Au cours d’une pseudo-négociation, la direction a refusé que cette prime soit reversée aux cadres et propose 300 € bruts, ce qui est dérisoire », explique le syndicaliste. La CGT demande 500 € bruts pour tous les personnels, affirmant que « les salariés sont très en colère. Le service sera perturbé... mais il l’est déjà, nous sommes de plus en plus en effectif réduit », reprend Francis Cunnac.

Didier Perrot, directeur du centre hospitalier Sainte-Marie explique pour sa part que les fonds du CITS « permettent aux établissements de créer des embauches ou de poursuivre des orientations de développement ». Ils serviront aussi à « couvrir un surcoût dû à l’augmentation de la valeur du point d’indice » et que le reliquat sera distribué aux bas salaires, ce qui pourrait concerner 400 personnes sur le site ruthénois. Une partie des fonds servira aussi selon le directeur à rénover plusieurs unités de soin.

Le différend réside donc dans le montant de cette prime, mais aussi dans l’éventail des personnels concernés.

L’association Sainte-Marie se compose des cinq sites de Rodez, Nice, Le Puy-en-Velay, Privas et Clermont-Ferrand. Au total, ce sont 4,9 M€ qui ont été réinjectés dans le cadre du CICS, un montant sur lequel 2 M€ ont par ailleurs été provisionnés, ce qui a aussi le don d’irriter les grévistes.

Réagir