Villefranche-de-Rouergue

Espaces culturels : « Nuits barbares », bien plus que de la danse...

  • Rendez-vous jeudi 17 mai, sur la scène du théâtre, pour découvrir « Les Nuits barbares ». iPhoto fournie par le dossier de presse des organisateurs.sateurs.
    Rendez-vous jeudi 17 mai, sur la scène du théâtre, pour découvrir « Les Nuits barbares ». iPhoto fournie par le dossier de presse des organisateurs.sateurs.
S'abonner Mis à jour le -- partages

En parlant de son travail qui a donné naissance à la création des « Nuits barbares », spectacle qui sera présenté sur la scène du théâtre ce jeudi 17 mai, à 20 h 45, le chorégraphe Hervé Koubi expliquait : « C’est une histoire de chemin, tout est une histoire de chemin… Cinq années passées entre l’Algérie et la France, de part et d’autre de la Méditerranée, cette mer à l’origine de tous ces peuples déracinés et exilés, origine commune, fondamentale, indéchirable de ceux qu’on appelle les Méditerranéens. Alors que je tentais vainement de retrouver la mémoire sur la terre de mes ancêtres, en Algérie, ce sont plutôt de nouveaux liens qui se sont noués, des liens inédits qui m’ont permis de mieux comprendre d’où je venais et peut-être qui j’étais. J’ai rencontré des compagnons d’art, témoins pour moi d’une histoire perdue.

J’ai rencontré ceux que j’aime appeler mes frères retrouvés. J’y ai découvert le goût des autres, j’en suis reparti pour dessiner les contours d’une nouvelle aventure, gourmand de mystère.

Les ‘Nuits barbares’ ou les premiers matins du monde prend sa source dans cette immense et incontournable histoire de notre bassin méditerranéen. Je choisis ici de partager ce chemin qui témoigne de mon envie d’aller vers l’autre, vers l’inconnu, à l’encontre d’une actualité dont la machine médiatique qui, jouant de confusion, dicte trop souvent le ‘nous’ et les autres, nous les civilisés, et nos voisins les ‘barbares’ et où le sens étymologique du mot ‘barbare’ cède souvent le pas au sens péjoratif et qualifie celui qui, dépourvu de civilisation et d’humanité, use de la violence avec gratuité.

Certes, il est important de savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va mais il est important aussi de savoir d’où l’on parle et il me paraît nécessaire dans le contexte actuel, et je pense qu’il nous est nécessaire à tous de croire en une universalité des cultures à la fois partagées, métissées et étroitement liées ainsi qu’en un avenir qui, selon moi, ne peut être que commun… »

L’équipe artistique au complet

Chorégraphie : Hervé Koubi.

Assistants chorégraphiques : Guillaume Gabriel, Fayçal Hamlat.

Artistes chorégraphiques :

Lazhar Berrouag, Adil Bousbara, Abdelghani Ferradji, Zakaria Nail Ghezal, Bendehiba Maamar, Giovanni Martinat, Nadjib Meherhera, Riad Mendejl, Mourad Messaoud, Houssni Mijem, Issa Sanou, El Houssaini Zahid.

Musique : Mozart, Fauré, musique traditionnelle algérienne, Wagner. Création musicale : Maxime Bodson.

Arrangements : Guillaume Gabriel.

Création lumière : Lionel Buzonie.

Création costumes, accessoires et masques bijoux : Guillaume Gabriel, assisté de Claudine G.-Delattre.

Coutellerie : Esteban Cedres.

Renseignements : Espaces culturels ATP Villefranchois FEB, 29, rue du Sénéchal, 12200 Villefranche-de-Rouergue, Tel : 05 65 45 76 74.

Réagir