Bozouls

Frelon asiatique : comment fabriquer son piège et sauver les abeilles ?

  • Spécimen du frelon asiatique aux pattes jaunes
    Spécimen du frelon asiatique aux pattes jaunes
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Il y a deux ans le conseil municipal des enfants de la commune s’était réunis pour concevoir et fabriquer les pièges à frelons asiatiques afin de sauver les abeilles. En effet « la femelle fondatrice » du frelon asiatique nait à l’automne et aux premiers gels ; elle quitte le nid pour hiberner.

Aux premiers redoux, la reine s’éveille et s’envole en quête de sucres énergisants afin de reprendre des forces pour bâtir un nouveau nid et y pondre ; durant 45 jours jusqu’au mois de mai ; elle est la seule à s’y occuper de ses larves. C’est à ce moment qu’il faut la piéger sinon 150 nouvelles reines s’envoleront de chaque nid à l’automne et le cycle recommencera.

Pour l’enrayer, une mobilisation citoyenne est en cours afin de préserver les abeilles si utiles pour la pollinisation. D’ailleurs récemment les enfants ont semé des fleurs dans le jardin de Sainte de Fauste pour contribuer à la nourriture des abeilles. Mais le frelon aux pattes jaunes est toujours présent

Comment le combattre ?

Ce n’est plus qu’un problème apicole. C’est devenu le problème de chacun. Il est conseillé de piéger autour des anciens nids, mais n’hésitons pas à le faire autour de chez nous, aux endroits jugés les plus opportuns. Le piège peut être garni d’un mélange de bière, sirop de cassis ou grenadine, un peu de vin blanc.

Ce mélange n ‘est pas exhaustif et chacun pourra faire le sien sur des bases identiques. Les enfants avaient réalisé les pièges avec 2 bouteilles d’eau (identiques de préférence), 2 bâtonnets de glace, 1 paire de ciseaux, de la colle, de la ficelle, un peu de bière brune, du miel le tout assemblé de façon à préserver les autres insectes et le tour est joué. Ces pièges sont à installés dans des endroits ensoleillés et, si possible à proximité des points d’eau.

Fin d’année 2016, dans le département plus de 660 nids ont été découverts, enregistrés et détruits pour un grand nombre ; c’était deux fois plus qu’en 2015. Début 2017, 12345 fondatrices ont été déclarées « capturées » : 10 000 de plus qu’en 2016 sur la même période !

Nous devons en 2018 être plus nombreux à prendre conscience du problème, le partager, nous mobiliser et mobiliser un maximum d’aveyronnais à piéger ces « fondatrices » et éviter ainsi la naissance de millions de frelons supplémentaires ; Il est souhaitable de faire remonter le résultat du piégeage L’abeille de l’Aveyron, cellule frelon : TEL : 06 78 12 19 49 / 06 71 06 08 03

Réagir