Santé

Grippe : les fibres alimentaires pourraient avoir un effet protecteur

  • Une alimentation supplémentée en inuline, une fibre fermentescible présente dans les légumes, pourrait protéger contre l’infection par le virus grippal A.
    Une alimentation supplémentée en inuline, une fibre fermentescible présente dans les légumes, pourrait protéger contre l’infection par le virus grippal A. - MagMos / IStock.com
S'abonner Mis à jour le -- partages

Un régime riche en fibres pourrait protéger contre le virus de la grippe A qui touche jusqu'à 20% de la population chaque année, suggère une étude suisse portant sur des souris.

Un régime riche en fibres pourrait protéger contre le virus de la grippe A qui touche jusqu'à 20% de la population chaque année, suggère une étude suisse portant sur des souris.


Une alimentation riche en inuline, une fibre fermentescible présente par exemple dans l'artichaut ou le poireau, a augmenté la survie de souris grippées en améliorant la réponse du système immunitaire contre le virus, révèle une étude suisse publiée dans la revue Immunity.

La sévérité de la grippe chez les rongeurs serait diminuée grâce à l'augmentation de la production d'acides gras à chaîne courte (acétate, propionate, butyrate ) dans l'intestin obtenus par la fermentation des fibres alimentaires dans le colon. Ces derniers, par leur action anti-inflammatoire, auraient pour effet de réduire les lésions tissulaires dans les poumons exacerbées pendant la grippe tout en stimulant les cellules T du système immunitaire, précisent les auteurs de l'étude.

"Nous trouvons généralement qu'un certain traitement active ou désactive notre système immunitaire. Ce qui nous a surpris, c'est que les fibres alimentaires désactivent sélectivement une partie de notre système immunitaire, tout en activant une autre partie totalement indépendante de la première", explique le Dr Benjamin Marsland, immunologue à l'université de Lausanne (Suisse) et auteur des travaux.

L'étude suggère que le régime occidental moderne riche en sucres et en graisses et pauvres en fibres augmenterait la sensibilité aux maladies inflammatoires mais diminuerait également la protection contre les infections.

D'autres études cliniques seront nécessaires pour déterminer le type et la quantité optimale de fibres afin d'en faire bénéficier les personnes souffrant d'asthme ou pour prévenir les infections virales.

Pour consulter l'étude : cell.com/immunity/fulltext

Source : Relaxnews

Réagir