Villefranche-de-Rouergue

Les œuvres peintes et les stalles de la Collégiale enfin restaurées

  • Hier matin, la restauratrice Sandrine Cailhol (à gauche) a présenté son travail à la conservatrice déléguée des antiquités et objets de l’Aveyron, Emmanuelle Desmoulins (à ses côtés), et aux représentants de la mairie.
    Hier matin, la restauratrice Sandrine Cailhol (à gauche) a présenté son travail à la conservatrice déléguée des antiquités et objets de l’Aveyron, Emmanuelle Desmoulins (à ses côtés), et aux représentants de la mairie.
Publié le / Modifié le S'abonner

Le tableau de saint Charles de Borromée a été remis en état et raccroché dans l’édifice. Celui de « La Visitation » va maintenant être traité. Autre chantier, celui de la reprise des charnières des stalles.

À l’entrée de la collégiale, face à l’escalier grimpant au clocher de l’édifice, le tableau de saint Charles de Borromée a retrouvé sa place. Cette toile, inscrite au titre des Monuments historiques, par arrêté du 17 juin 1988, avait été décrochée pour être restaurée dans l’atelier de Sandrine Cailhol, à Cassagnes (Lot).

Le tableau a fait l’objet de plusieurs opérations : dépoussiérage général, pose d’un papier de protection intégral, nettoyage, aplanissement, greffes de toile, dévernissage de la face et retrait des repeints, mise en tension sur un châssis neuf, vernissage de la peinture.

« Une étude, lancée en 2014, de diagnostic de conservation des œuvres peintes de la collégiale avait démontré que l’œuvre figurant saint Charles de Borromée, un théologien important de la contre-réforme, en prière devant la Sainte-Famille, devait être traitée prioritairement en raison de son mauvais état de conservation », souligne Luc Tournemire, responsable du service municipal du patrimoine. Cette étude s’est traduite par l’engagement par la municipalité d’un programme pluriannuel d’entretien et de restauration des œuvres peintes de la collégiale.

Aussi, le tableau de saint Charles de Borromée à peine raccroché (hier matin) qu’un autre, « La Visitation », a été enlevé pour rejoindre l’atelier de Sandrine Cailhol. Cette restauratrice travaille aussi actuellement sur deux tableaux de saint François de Salles installés dans la sacristie de la chartreuse Saint-Sauveur.

Réagir