Sociéte

Un amateur de foot sur 3 reconnait tenir des propos homophobes

  • Un amateur de foot sur 3 reconnait tenir des propos homophobes
    - AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
L'étude souligne aussi que si 27% des Français jugent ces insultes homophobes, seulement 12% des amateurs de football les caractérisent ainsi. 

Selon une étude menée auprès de 2176 Français, Foot Ensemble, en partenariat avec le Département Tendances & Prospective d’Ipsos, un Français amateur de football sur trois (34%) reconnaît lancer des insultes homophobes devant un match de foot.

"Cette difficulté à vivre son homosexualité dans le milieu du football s'explique notamment par des propos homophobes enracinés et banalisés, en particulier chez les amateurs de football"

En effet, un spectateur de match de foot sur trois "admet tenir des propos homophobes tels que 'pédé', 'tarlouze', 'tapette'" devant une rencontre. Quand la personne interrogée est en plus un joueur de football, le taux grimpe à plus d'un Français sur deux (58%).

"Folklore du football"

Ces mots sont perçus comme des insultes ou des propos blessants pour les personnes homosexuelles par près de 2 Français sur 5 (respectivement 45% et 41%). Plus d’1 Français sur 4 (27%) les juge également homophobes.

En revanche, ces propos sont plus banalisés chez les amateurs de football : parmi ceux qui pratiquent le football, 40% reconnaissent que ce sont des insultes, 24% pensent qu’ils peuvent être blessants pour les personnes homosexuelles et seuls 12% les considèrent comme homophobes.

36% estiment que ces mots sont dits sans rapport avec l’homosexualité (vs. 30% des Français) et 15% les incluent dans le folklore du football (« Ce sont des mots habituels dans certains sports »). Seuls 13% jugent que ces propos devraient être interdits (vs. 22% des Français). Globalement, l'étude note que "plus l'investissement dans le football est grand, plus les propos homophobes sont dédramatisés voire relativisés".

 

Réagir