Sport

Football : le Raf à Marseille pour finir le travail

  • Les joueuses du Raf tenteront de décrocher une deuxième victoire de rang, synonyme de maintien, cet après-midi, à Marseille (Photo Jean-Louis Bories).
    Les joueuses du Raf tenteront de décrocher une deuxième victoire de rang, synonyme de maintien, cet après-midi, à Marseille (Photo Jean-Louis Bories). - PIXROD
S'abonner Mis à jour le -- partages
Une semaine après avoir quitté la zone rouge au profit de leur victoire à domicile contre Fleury, les joueuses du Raf ont la possibilité d’assurer leur maintien, cet après-midi (15 h), à condition d’aller gagner à Marseille.

En s’imposant au stade Paul-Lignon face à Fleury-Mérogis (3-1), dimanche dernier, dans un match au sommet du bas de tableau, les Ruthénoises ont retourné une situation qui leur était jusqu’à présent défavorable et laissé la première place de relégable aux joueuses de l’Essonne, qui les devançaient de deux rangs avant cette confrontation directe.

Une bascule bienvenue, qui leur a permis d’aborder cette avant-dernière journée et le déplacement à Marseille, cet après-midi (15 h), en position de force, avec leur destin entre leurs mains.


« On est déterminés à aller chercher les trois points, qui nous permettraient de valider notre maintien, a confié Grégory Mleko, leur entraîneur, hier. On doit aborder ce match avec la même concentration et la même motivation que face à Fleury. Si on veut pouvoir faire la fête face à Lyon (à domicile, lors de la dernière journée, dimanche prochain, NDLR), il faut battre Marseille. »

Contexte plus favorable


En quittant la zone rouge, les joueuses du Raf se sont offert la possibilité de préparer la rencontre d’aujourd’hui dans un contexte des plus favorables.


« La semaine s’est très bien passée. Les filles sont restées dans le même état d’esprit que lors de la précédente. On a bien travaillé et effectué un ou deux réglages pour améliorer certains points », a glissé Mleko, pas mécontent de pouvoir disputer un deuxième match en sept jours, après une saison au cours de laquelle son groupe a souvent dû patienter deux voire trois semaines entre deux journées, mais méfiant quant à l’adversaire, une équipe de l’OM d’ores et déjà reléguée mais dont il n’attend pas le moindre cadeau.


« Il ne faudra pas se relâcher, a-t-il martelé. J’ai passé le message au groupe dès lundi. Rien ne sera facile, même face à cet adversaire. La victoire ne viendra pas seule. Même si l’on est en confiance, il faudra aller la chercher, en étant efficaces dans les deux zones de vérité. Le fait que l’on soit sortis de la zone de relégation nous a fait du bien.A nous de ne pas y retourner. »

Réagir