Les lycéens diffuseront leurs films à La Strada jeudi 24 mai

  • Les élèves durant le tournage.
    Les élèves durant le tournage.
Publié le , mis à jour
Centre Presse Aveyron

Les lycéens de l’atelier «Cinéma» ont réalisés deux films deux fictions adaptés de leurs lectures.
 

Depuis 6 ans maintenant, l’atelier cinéma du lycée La Découverte ne cesse de proposer des courts-métrages et des animations autour du 7e art. Cette année, deux des films des élèves seront proposés au cinéma La Strada, à 20 h 30, le jeudi 23 mai.

L’occasion de découvrir ce que la créativité peut vouloir dire chez les jeunes lycéens, qui tentent de s’approprier leur histoire et leur propre environnement à travers le prisme de l’image.

« The Star Rover »

Cette année, les élèves ont travaillé sur l’adaptation d’un roman de Jack London, « Le Voyageur des étoiles » (« The Star Rover ») : le récit d’un prisonnier à perpétuité qui s’imagine voyager dans son esprit, naviguer à travers le temps et l’espace.

Une façon de revisiter la nouvelle d’anticipation et de coller à l’expérience de l’enfermement. Les élèves ont eu l’occasion de travailler sur le roman en anglais. Ils ont choisi des passages qu’ils ont ensuite adaptés, utilisant le décor de leur lycée mais également certains lieux de la ville et des environs.

« L’Horizon bleu »

L’occasion de souligner que les voyages mentaux sont parfois aussi captivants que les voyages dans l’espace réel. « L’Horizon bleu » Un second film sera proposé pendant cette soirée. Il s’agit de « L’Horizon bleu », adapté d’une nouvelle de Dorothée Piatek sur la Première Guerre mondiale.

Cette fois-ci, le récit s’aventure sur les traces d’un jeune soldat aux prises avec la dureté de la guerre et ces longues heures d’attente dans les tranchées. C’est à travers la correspondance épistolaire avec sa fiancée, institutrice, que le conflit est envisagé.

La guerre est hors champ mais elle transparaît, indicible, à travers l’apparente douceur des mots. Cet atelier est animé par Jacques Tournebize, intervenant en cinéma, et par Rémy Romain, professeur de philosophie. Mais il existe grâce à la volonté et au soutien de Francis Trimbur, le proviseur du lycée decazevillois. L’atelier est financé par la Drac et par le rectorat. La preuve que les arts peuvent contribuer à enrichir les enseignements et permettre d’éveiller l’imaginaire créatif des élèves. 

Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

140000 €

Immeuble de rapport avec caves et terrain clos avec puits à l'arrière compr[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?