Baraqueville

Baraqueville et Naucelle postulent ensemble au label de Village étape

  • Naucelle et Baraqueville attendent le 20 juin.Archives drone Xavier Buisson
    Naucelle et Baraqueville attendent le 20 juin.Archives drone Xavier Buisson
Publié le / Modifié le S'abonner

Les deux bourgs ont choisi une candidature commune pour le label.

C’est un signe. Sur le site internet de la Fédération française des Villages étapes, Baraqueville et Naucelle ont déjà trouvé leur place sur la carte répertoriant les communes labellisées Village étape. À un détail près : le nom est suivi, entre parenthèses, d’un « en cours de candidature ». Ce qui évite ainsi de crier victoire trop vite.

Il n’empêche. Les deux bourgs du Ségala, qui ont déposé un dossier commun, n’ont jamais été aussi proches de décrocher le précieux sésame, détenu en Aveyron seulement par Laissac. Mercredi 20 juin, c’est tout le territoire du Pays Ségali, et pas uniquement les Baraquevillois et les Naucellois, qui sera derrière les deux maires Jacques Barbezange et Karine Clément et le président de la communauté de communes Jean-Pierre Mazars.

Ce jour-là, les trois élus auront à défendre leur dossier respectif devant un comité d’experts du Ministère de la Transition écologique et solidaire habilitée à délivrer le label. Car, si la candidature est commune, chacun doit « argumenter sur la complémentarité des deux bourgs », comme l’a souligné Jacques Barbezange, « de même pour l’intercommunalité qui possède la compétence tourisme, un point important au sein du territoire ».

Le maire baraquevillois connaît bien le sujet puisqu’il avait déjà évoqué ce label avec Jean-Louis Calviac, l’ancien premier édile, en 2001. « Nous savions que la labellisation ne viendrait que lorsque la commune serait déviée. Les travaux de la RN88 ont pris beaucoup de retard mais nous n’avons jamais mis de côté le projet. »

Doper deux fois plus les forces du territoire

Et, avec le temps, la possibilité de s’associer avec Naucelle s’est imposée, histoire de doper deux fois plus les forces du territoire. Une notion qui n’est pas galvaudée, notamment dans la bouche de Karine Clément. « Le projet à conduire doit être en harmonie sur l’ensemble du territoire intercommunal, d’où cette idée de double labellisation qui est une première en France », déclarait-elle au début de l’année.

De toute façon, deux bourgs aussi proches n’auraient pu prétendre obtenir le label de façon individuelle. « Le préfet avait été très clair là-dessus, a expliqué Jacques Barbezange. C’était ensemble ou il opérait lui-même le choix. À partir du moment où les deux maires étaient d’accord… »

Ce ne sont pas les commerçants qui s’en plaindront, eux qui ont pleinement adhéré, voyant là le meilleur moyen d’attirer les usagers de la RN88. Et ils n’ont pas hésité à jeter un œil du côté des Laissagais. « Nous avons effectivement eu des contacts avec eux et ils sont même venus nous dire tout le bien qu’ils pensaient de ce label. Les retombées économiques sont bien réelles. »

Selon les chiffres avancés par la Fédération française des Villages étapes, le taux de satisfaction est de 97 % alors que 95 % des usagers souhaitent réitérer l’expérience d’un Village étape. Enfin, si le label est attribué pour cinq ans - il est néanmoins renouvelable -, depuis sa création en 2002, aucun bourg n’a souhaité perdre le précieux sésame.

Réagir