Rodez

Les Amis remettent la cathédrale en lumière ce week-end

  • Jean-Charles Bielansky, Pierre Douziech et Michel Garibal devant la maquette qui sera dévoilée au public samedi.
    Jean-Charles Bielansky, Pierre Douziech et Michel Garibal devant la maquette qui sera dévoilée au public samedi.
  • Les Amis remettent la  cathédrale en lumière ce week-end
S'abonner Mis à jour le -- partages

Du 1er au 3 juin, l’association des Amis de la cathédrale de Rodez organise pour son cinquantenaire une série d’animations pour faire redécouvrir au public, l’histoire et la majesté du monument.

Voilà un demi-siècle qu’ils œuvrent pour la sauvegarde de la bâtisse emblématique du chef-lieu dont le clocher fut longtemps qualifié de « plus beau de France ». Les Amis de la cathédrale, association née en 1968 sous l’impulsion majeure de Pierre Carrère, alors président de la Société des Lettres, ont voulu marquer d’une pierre blanche leur cinquantième anniversaire, à travers de nombreuses animations, du vendredi 1er au dimanche 3 juin.

On le sait (notre édition du 21 mai), c’est la chute d’une clef de voûte sur une chaise qui allait convaincre Pierre Carrère qu’il devenait urgent d’agir pour sauver l’intérieur de ce trésor culturel si fréquenté. Et d’entreprendre alors le lancement d’une souscription pour « mettre l’édifice hors d’eau » qui allait permettre de réunir 400 000 francs versés par de nombreux Ruthénois. Preuve s’il en est que la cathédrale a « toujours su rassembler sans jamais diviser », rappelle aujourd’hui Jean-Charles Bielansky, président des Amis de la cathédrale.

L’argent des cotisants

L’association est forte de 160 membres dont les cotisations permettent l’accomplissement de petits travaux, en marge du programme de rénovation, sur dix ans, de l’intérieur de Notre-Dame lancé par la Ville et l’agglomération, auquel elle n’est pas associée.

Car l’association est priée depuis 2014 de se débrouiller sans subvention de la collectivité. La tenue d’un stand ouvert tout l’été dans la nef et proposant au public, livrets historiques et ouvrages, visites du clocher avec l’aide des Scouts de France, conférences... permettent d’arrondir une trésorerie, entièrement dévouée à la conservation la cathédrale « pour mieux la mettre en lumière ».

Restauration de tableaux, de l’horloge, programmation du carillon, contribution à la restauration de l’orgue Merklin, sont au nombre des actions conduites par l’association depuis de longues années, avec modestie et discrétion.

Son cinquantenaire sera donc l’occasion de mettre aussi son travail en lumière de la plus belle des façons, en conviant le public à redécouvrir cette cathédrale qui sait pouvoir compter sur ses amis.

 

Réagir