Rodez

Les WC de la gare, victimes collatérales des grèves SNCF

  • Ces sanisettes privées, mises en place par T. Cartaillac prennent le relais des WC durant les grèves.
    Ces sanisettes privées, mises en place par T. Cartaillac prennent le relais des WC durant les grèves.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Actuellement, durant les journées de grèves des cheminots, les toilettes de la gare sont fermées, au grand dam du gérant du restaurant le Buffet de la gare. Tony Cartaillac a dû investir dans des sanisettes privées pour ses clients.

C’est une conséquence inattendue et incongrue de la grève des cheminots. Depuis que les agents de la SNCF ont entrepris leurs arrêts de travail par intermittence pour protester contre la réforme du gouvernement, Tony Cartaillac, le gérant du Buffet de la gare à Rodez est confronté à la fermeture des toilettes.

« Dès qu’il y a une grève, les w.-c. sont fermés. Pendant ce temps-là, les gens ne s’arrêtent pas de faire leurs besoins. Il y en a qui sont tellement en colère, qu’ils me pissent contre les murs », s’insurge le gérant.

Et pas question de prendre cette question d’urine à la légère. « Je suis allé voir le chef de gare pour qu’il me remette la clef. Mais il ne veut pas. Je lui ai dit que je me chargerai de les nettoyer durant les grèves, mais il n’a rien voulu savoir. C’est incroyable tout de même », explique-t-il à qui veut l’entendre.

Las d’essuyer des refus, Tony Cartaillac a dû investir dans des toilettes privées qu’il a placées devant son établissement. Une dépense regrettable. « Il faut savoir que je paye déjà un forfait trimestriel pour les communs dont les w.-c. de la gare alors que seulement 20 % de ma clientèle vient des trains. Je dois en plus payer des toilettes privées pour mes clients. Les usagers de la gare font leurs besoins dehors. Par les chaleurs qui arrivent, c’est tout simplement inadmissible », s’insurge le gérant.

Retail and Connexions détient la clef

Et qu’on ne s’y trompe pas. Tony Cartaillac n’en veut pas du tout aux grévistes, « après tout, ils défendent leurs intérêts et ils ont bien raison. Tout le monde fait pareil ». Non. Il a une dent contre la direction de la gare ou plutôt sa filiale Retails and Connexions, en charge des commerces en gare, qui détient la clef de cette situation insolite.

Et d’ajouter, « moi, je suis pénalisé. Déjà que quand il y a une grève, il n’y a pas de passagers, donc pas de clients, mais si en plus, on m’enlève des services, là ça ne va plus ». Pour toute réponse et parce qu’elle a été interpellée par Centre Presse, « Retail & Connexions » indique dans un mail laconique que : « des discussions sont en cours avec le gérant du buffet de la gare pour améliorer les services aux clients de la gare ».

« Je n’ai pas le temps pour ça »

Il s’agit en fait d’un contact téléphonique qui invite Tony Cartaillac à venir à Paris... début juillet pour discuter du problème. « Je leur ai répondu que je monterai quand il y aura des trains. En plus je n’ai pas le temps pour ça. Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles ».

Après notre intervention, les toilettes ont été également rouvertes lundi dernier (le 28 mai) alors qu’il y avait grève des cheminots. « Pour moi, ce n’est pas une garantie tant que je n’aurai rien d’écrit », appréhende le restaurateur, qui du coup, ne sait plus s’il doit renvoyer ses toilettes privées qui lui coûtent de l’argent au quotidien ou s’il peut faire confiance à Retail & Connections qui n’a réagi à ses demandes qu’à l’annonce d’un article de presse ?

 

Réagir