Faits divers

Aveyron : trois ans de prison pour le convoyeur arrêté à Millau

  • Le convoyeur polonais reste en détention.
    Le convoyeur polonais reste en détention. - PIXROD
S'abonner Mis à jour le -- partages
Arrêté en avril dernier, le convoyeur polonais accusé de blanchiment d'argent provenant d'un trafic de drogue a écopé d'une peine de trois ans de prison. 

Tout au long de l’instruction du dossier, ainsi que de l’audience d’hier, le prévenu a éludé les questions des magistrats et toujours nié les faits reprochés. Interpellé le 27 avril dernier en centre-ville de Millau par les douaniers, ce ressortissant polonais est notamment accusé de blanchiment d’argent provenant d’un trafic de drogue.

La somme de 495 600 couronnes danoise (66 638 €) est retrouvée dans une des caches du véhicule. Ces billets sont emballés dans des sacs plastiques. Deux téléphones portables et trois cartes SIM sont également découverts.
Les chiens renifleurs de drogue ont marqué l’arrêt à deux endroits du véhicule.

Une fois le véhicule démonté, les douaniers n’ont pourtant pas trouvé de drogue à l’intérieur. « Ce véhicule a sans doute servi à du trafic de stupéfiants et au transport d’argent », rappelle Mandana Samii, présidente de l’audience.

« J’ai séjourné à Malaga pour le tourisme »

De plus, un GPS retrouvé dans le véhicule indique aux douaniers les derniers trajets réalisés par le prévenu : « Vous êtes allé à Malaga, dans le sud de l’Espagne, puis au Luxembourg, au Danemark », indique la magistrate.

Les quelques déclarations concédées par le prévenu restent confuses. Il explique ainsi, par le biais de sa traductrice, « vouloir passer par Millau pour visiter Montpellier (...) j’ai séjourné à Malaga pour le tourisme ».

Passage obligé des stupéfiants

« Vous êtes également allé au Danemark, où vous avez ramené cet argent, pour le tourisme ? », assène le vice-procureur de la République, Chérif Chabbi.

« L’Aveyron et l’A75 est devenu le passage obligé de tous les trafics et en particulier des stupéfiants, déplore Chérif Chabbi. Mais le travail des douaniers a été exemplaire. »

Par ailleurs, « il n’a cessé de se moquer » des douaniers lors de son interrogatoire. Si le casier judiciaire français du prévenu est vide, il a toutefois été condamné en Pologne pour détention et trafic de stupéfiants.

Et le vice-procureur de requérir 3 ans de prison, auxquels s’ajoutent six mois pour avoir refusé de se soumettre au contrôle de ses empreintes.

Son avocate, Me Plainecassagne, regrette « que l’on oublie la présomption d’innocence dans ce dossier. Aussi, la barrière de la langue a vraiment compliqué l’instruction de ce dossier ».

Après en avoir délibéré, le tribunal a suivi les réquisitions du procureur et a ordonné le maintien en détention du convoyeur polonais.

Réagir