Santé

Cancer : une chimiothérapie en aérosol !

  • Cancer : une chimiothérapie en aérosol !
    Cancer : une chimiothérapie en aérosol ! destinationsante.com - destinationsante.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Afin de limiter les effets secondaires de la chimiothérapie, le CHU de Poitiers propose un nouveau mode d’administration par aérosol. Les cancers concernés sont les tumeurs du péritoine à un stade avancé. Appliqués dans un cadre palliatif pour le moment, cette méthode pourrait bientôt être envisagée dans un but curatif.

Une chimiothérapie par vaporisation. C’est la méthode innovante que proposent les médecins du CHU de Poitiers aux patients atteints de tumeurs cancéreuses du péritoine à un stade avancé. L’objectif, stabiliser la maladie et améliorer la qualité de vie des patients. Puisque pour le moment il s’agit d’une thérapie palliative.

La PIPAC (chimiothérapie intrapéritonéale pressurisée par aérosols) « consiste à administrer les produits de chimiothérapie sous cœlioscopie directement dans le ventre du patient sous forme d’aérosol sous pression », décrit le Dr Thomas Courvoisier, chirurgien viscéral au CHU de Poitiers. « Une buse de nébulisation reliée à un injecteur haute pression diffuse la chimiothérapie dans tout l’abdomen, puis le produit est laissé pendant une demi-heure dans le corps du patient avant d’être aspiré. »

Une méthode à potentiel curatif

Inventé en Allemagne en 2011 par le Pr Marc-André Reymond, ce traitement permet aux produits de pénétrer en profondeur dans les tissus. Il est appliqué entre deux chimiothérapies classiques et l’évolution de la maladie est suivie grâce des biopsies régulières.

Les effets secondaires sont moins importants que lors de l’administration d’une chimiothérapie en intraveineuse. Toutefois, les médecins espèrent pouvoir proposer cette technique à davantage de patients. Pour cela, « nous allons participer à une étude nationale évaluant cette technique dans un cadre curatif », conclut le Dr Courvoisier.

Quand la jalousie ronge le couple…

Source : Destination Santé

Réagir