Decazeville

Decazeville : la grève est suspendue à l'hôpital après la rencontre avec l’ARS

  • Le mouvement est suspendu.
    Le mouvement est suspendu.
Publié le / Modifié le S'abonner

À la suite de la rencontre "constructive et positive" d’une délégation de salariés et la directrice générale de l’ARS Occitanie, la grève à l’hôpital de Decazeville est suspendue.

Mardi, une centaine de salariés en grève depuis le 2 mai pour défendre l’avenir des services de l’hôpital de Decazeville et la place de l’établissement dans le GHT (groupement hospitalier de territoire) ont décidé "en signe de bonne volonté" de "suspendre le mouvement mais de rester vigilants pour voir si les engagements se traduisent dans les faits".

Ce vote fait suite à une rencontre lundi à Montpellier entre une délégation de salariés et la directrice générale de l’ARS (Agence régionale de santé) Occitanie Monique Cavalier accompagnée de la directrice régionale de l’offre de soins, du délégué territorial Tarn-Aveyron de l’ARS et du responsable du GHT Vincent Prévoteau.

La députée de la 2e circonscription de l’Aveyron Anne Blanc, présente, avait été invitée par l’ARS, tout comme le directeur de l’hôpital de Decazeville qui, lui, était absent.

La directrice a reçu les propositions élaborées dans les services par les salariés afin de développer l’activité de l’établissement (actuellement en déficit de 2 M€) et pour conserver les services essentiels (urgences, bloc opératoire, soins de suite...). Selon les membres de la délégation, dont Maxime Gaillac (secrétaire CGT Santé Hôpital), la directrice de l’ARS s’est engagée sur plusieurs points avec des financements de l’agence : mise en place du service de soins palliatifs, déplacement de l’unité de soins de suite près des urgences, informatisation du dossier médical patient, développement de la chirurgie ambulatoire avec l’aide du GHT via une équipe médicale territoriale permettant des actes chirurgicaux sur les plages horaires libres du bloc opératoire ; mise à disposition d’assistants spécialisés pour pallier le manque de médecins spécialistes. Par ailleurs, la perte programmée de l’activité de bactériologie au laboratoire d’analyses de l’hôpital en 2019 devrait être compensée. Les salariés vont prochainement rencontrer Vincent Prévoteau pour traduire ces engagements dans le projet médico-soignant partagé du GHT, en cours d’élaboration.

La délégation a proposé à Mme Cavalier que le développement de la chirurgie ambulatoire puisse financer le nécessaire maintien de la chirurgie aiguë :

"Nous avons cité deux exemples récents qui auraient pu avoir une issue dramatique si nous n’étions pas intervenus immédiatement au bloc : une rupture intra-utérine et un enlèvement de la rate. Deux cas urgents, non transportables", précise Évelyne Mourgues.

Vers une nouvelle direction ?

La question de la gouvernance de l’hôpital de Decazeville a également été abordée à l’ARS, les salariés ayant évoqué la perte de confiance en la direction actuelle, et leur attente "d’un directeur qui porte véritablement les projets".

Le conseil de surveillance doit élire prochainement (la date n’est pas fixée mais le projet médico-soignant partagé doit être adopté avant le 30 juin dans chacun des établissements du GHT) son nouveau président, après la démission surprise de François Marty, maire de Decazeville, à ce poste de président. Maurice Andrieu, ancien médecin de l’hôpital et élu decazevillois est pressenti pour lui succéder.

Mardi, Stéphane Bérard (conseiller régional et maire de Capdenac-Gare), Christian Tieulié et Bertrand Cavalerie (conseillers départementaux) ont une nouvelle fois apporté par leur présence et leurs discours un soutien aux salariés.

Stéphane Bérard a rappelé l’intervention de Carole Delga (présidente de la région) auprès de l’ARS. Bertrand Cavalerie indiquait que le conseil départemental devrait adopter ce vendredi un vote de réserve sur le plan régional de santé qui sera examiné ce jour-là.

L’ARS n’a pas donné suite à notre sollicitation.

Réagir