Santé

Quand la jalousie ronge le couple…

  • Quand la jalousie ronge le couple…
    - destinationsante.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Preuve d’amour pour certains, véritable calvaire quotidien pour d’autres, la jalousie touche de nombreux couples. Mais quand elle devient maladive, que la méfiance s’installe, il est urgent de consulter, pour ne pas se détruire, et détruire l’autre.

Bien entendu, la jalousie possède plusieurs degrés. Il n’en existe pas qu’une. Mais c’est quand elle est maladive, qu’elle empoisonne le couple qu’elle devient problématique.

Reproches, harcèlement téléphonique au moindre retard, menaces… Pour Jacques Rivalin, psychanalyste à Nantes, « c’est à la fois une preuve d’amour et un élément de destruction. La plupart du temps, le jaloux maladif a conscience de faire du mal, mais il est incapable de se maîtriser. »

La jalousie, une maladie ?

Selon le psychanalyste, « la jalousie est une forme de paranoïa. Amusante si elle est légère, elle est handicapante dans sa forme sévère. ». Pour lui, « il s’agit soit d’une névrose dans le sens où cette attitude est constante, soit d’une psychose lorsqu’elle surgit par pics brutaux. »

Pourquoi survient la jalousie maladive ?

Dans la mesure où il n’existe pas « une » jalousie, ils n’y a pas une explication unique. Mais la plupart du temps « le jaloux raisonne juste mais avec des prémices affectifs faux. Il ou elle souffre d’une fragilité du Moi, d’un manque d’assurance. Parfois ce sont des failles très anciennes qui remontent à la surface. A travers le conjoint, le jaloux va ainsi rechercher en permanence les ressources qui vont l’apaiser. Se met alors en place un mécanisme de méfiance où tout est observé et interprété. »

Mais alors comment expliquer que dans certains cas extrêmes, l’autre membre du couple « consente » à cette jalousie ? « Le jaloux et la victime sont enfermés  dans un lien pervers qui les contraint tous les deux, et fausse toute objectivité de chacun des partis », note Jacques Rivalin. « Un (mauvais) scénario dénué de raison se met en place. Mais dans ces cas, des mesures de protection doivent être envisagées. »

Comment se soigner ?

« Des entretiens psychologiques ou une psychothérapie peuvent aider le patient à être plus ou moins lucide de sa pathologie », continue Jacques Rivalin. « Cela peut éventuellement l’aider à se contrôler, mais cela ne règlera pas la cause et la jalousie ne sera qu’amortie. L’hypnose fonctionnera aussi bien en ce sens, sans non plus faire disparaître la cause ».

Sclérose en plaques : où en est la recherche ?

Source : Destination Santé

Réagir