Vie commerçante

L'enseigne Fly tire sa révérence à Rodez

  • Hier, le magasin est resté fermé pour afficher les promotions.
    Hier, le magasin est resté fermé pour afficher les promotions.
S'abonner Mis à jour le -- partages

Faute de repreneur, le magasin de décoration et d’ameublement ouvert en 1990 va fermer ses portes, cet été, et laisser les huit salariés sur le carreau.

Jusqu’au bout, il aura tout tenté. En vain. Après avoir sauvé, il y a cinq ans, le magasin et son personnel, Jacques Castanié, le patron de Fly Sébazac, ne réussira pas, cette fois, à trouver un repreneur. Spécialisée dans la décoration d’intérieur et l’ameublement, l’enseigne Fly s’est installée au centre commercial de l’Eldorado, sur la zone du Comtal Nord, en 1990. À l’époque, l’enseigne est en plein boum, les magasins Fly essaiment dans toute la France. Mais après avoir tutoyé les sommets la marque passe de mode et se retrouve au creux de la vague. À tel point qu’il y a cinq ans, pour se protéger, la maison mère (la centrale) décide de se séparer de certaines des succursales. Celle de Sébazac est concernée.

Toutefois, le responsable du magasin local reste convaincu du potentiel de la marque en Aveyron. Il se porte volontaire pour reprendre le magasin et sauver les emplois. Une procédure de sauvegarde d’un an est décidée par le tribunal de commerce. Largement assez pour permettre à Jacques Castanié de rebondir. Aujourd’hui, 5 ans plus tard, le magasin Fly de Sébazac n’est plus menacé par le dépôt de bilan. Il devra néanmoins fermer ses portes le 31 juillet au plus tard au grand dam du dirigeant et des huit salariés qui vont se retrouver sans emploi.

Fermeture le 31 juillet au plus tard

"Après avoir relancé le magasin, le patron qui aspire à une retraite bien méritée, s’est mis en quête d’un repreneur, explique Brigitte l’une des huit employées du magasin sébazacois. Manque de chance, au bout de 4 ans, aucun acquéreur potentiel ne s’est montré intéressé par l’enseigne. En revanche, poursuit Brigitte, un investisseur souhaite se porter acquéreur des locaux de 1 800 m2. Jacques Castanié a tout tenté. Alors maintenant qu’il a l’opportunité de vendre les locaux et de prendre enfin sa retraite on comprend très bien qu’il la saisisse", précise l’employée tout sourire.

Le repreneur envisage d’ouvrir un nouveau magasin dès cet automne. Pour les huit employés, en revanche, l’histoire prendra fin avec la fermeture du magasin Fly, le 31 juillet, au plus tard. D’ici là, ils ne devraient pas chômer car tout le stock du magasin doit disparaître. Toutefois, cela ne devrait pas trop poser de problème, car dès aujourd’hui et jusqu’à la fermeture, cet été, tous les articles disponibles en magasin seront affichés à des tarifs 30 % moins chers.

Réagir