Santé

Tabac : mettons à l’abri notre santé cardiovasculaire

  • Tabac : mettons à l’abri notre santé cardiovasculaire
    - destinationsante.com
S'abonner Mis à jour le -- partages
Comme chaque année, le 31 mai est marqué par la Journée mondiale sans tabac. A cette occasion, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) insiste sur les dégâts provoqués par le tabac sur le système cardio-vasculaire.

La Journée mondiale sans tabac 2018 vise à sensibiliser le grand public aux multiples dangers liés à la consommation de tabac. Cancers notamment, mais pas seulement. « Beaucoup de gens savent désormais que le tabac est à l’origine de cancers et de maladies respiratoires. Mais ils ignorent bien souvent le rôle qu’il joue dans l’infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux (AVC), qui viennent en tête des causes de décès dans le monde », explique le Dr Tedros Adhanom Ghebreyeses, directeur général de l’OMS.

En Chine par exemple, 60% de la population ne connaît pas les effets délétères du tabagisme sur le cœur ! En Indonésie et en Inde, ce pourcentage s’établit à 50%. Et pourtant le tabagisme actif et passif provoquent des infarctus du myocarde et des AVC, à l’origine de 3 millions de décès chaque année dans le monde !

7 millions de morts par an

Très rapidement, le tabac perturbe le fonctionnement des artères. Il provoque des spasmes et la formation de caillots sanguins, de sorte que la circulation s’en trouve ralentie. Le monoxyde de carbone issu de la fumée, asphyxie les différents organes en se substituant à l’oxygène du sang. Dès ce moment-là, des troubles du rythme cardiaque peuvent apparaître. Sur le long terme, le tabac entraîne une détérioration progressive des artères, d’autant plus rapide que le fumeur présente d’autres facteurs de risque : diabète ou excès de cholestérol.

A noter : Le monde compte aujourd’hui 1,1 milliard de fumeurs adultes. De manière générale, plus de 7 millions de décès sont imputables au tabac.

Enfants obèses : du lait contre le risque de syndrome métabolique

Source : Destination Santé

À lire aussi
Réagir