Environnement

Traitement et stockage des déchets à Viviez : les opposants ne baissent pas les bras

  • Les opposants au cœur du site de l’igue du Mas qui pourrait recevoir, selon eux, 2 millions de tonnes de déchets ultimes.
    Les opposants au cœur du site de l’igue du Mas qui pourrait recevoir, selon eux, 2 millions de tonnes de déchets ultimes.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Le projet Soléna avance mais les opposants restent mobilisés.

Partagés entre des espoirs de le voir définitivement relégué aux oubliettes et des craintes qu’il soit bientôt mis en œuvre, les opposants au projet Soléna de traitement et de stockage des déchets à Viviez restent mobilisés.
Cette semaine, c’est devant le transbordeur de l’igue du Mas que les forces vives de l’Adéba (Association de défense du Bassin et des alentours) se sont rassemblées pour dresser un bilan et évoquer des actions futures. Côté bilan, des demandes à Jean-Louis Denoit, maire de Viviez, concernant les rapports annuels du site de Dunet-Montplaisir sont restées sans suite, « conformément à un arrêté préfectoral, elles devraient être à disposition du public, mais le maire nous renvoie à la préfecture », explique Michel Delbosc, le coprésident d’Adéba.


De plus, une délégation vient de rencontrer Patrice Couronne, le président du Sydom (Syndicat départemental des ordures ménagères) qui aurait confirmé le lancement de l’appel d’offres fin 2018. « Comme le seul concurrent à Soléna, Trifyl, a été éliminé sous des prétextes fallacieux, dixit Jean-Louis Calmettes, la porte est grande ouverte pour le projet Soléna, qui sera certainement le seul candidat ». Quant au qualificatif de « collectif prétendument citoyen », employé par les 12 maires de Decazeville communauté sur la lettre ouverte qui défend la TEOM, « c’est maladroit, et surtout méprisant pour les 200 adhérents de l’Adéba, forte de plus de 6 000 soutiens ».


Des initiatives


Sur la cession d’un chemin par la municipalité d’Aubin à l’entreprise Séché, l’Adéba, imitée en cela par des riverains, a engagé un recours en vue de faire annuler cette délibération. Autre dossier chaud remis sur la table, celui de la modification des PLU d’Aubin et de Viviez sur des secteurs classés en zones naturelles, « nous restons vigilants sur ce classement ». Enfin, dans la perspective de l’évolution du projet Soléna, les opposants sont entrés en contact avec des avocats spécialisés afin d’apporter une réponse juridique. Des manifestations publiques, des actions coup de poing et d’autres initiatives seront aussi de la partie par des opposants bien déterminés à « tout mettre en œuvre pour faire capoter ce projet ».

Réagir