Education

Education : la Région s’inquiète de la prochaine réforme sur l’apprentissage

Publié le / Modifié le S'abonner
Selon la collectivité, cette réforme pourrait fragiliser les chambres de métiers.

La réforme de l’apprentissage inquiète. De nombreuses interrogations ont été soulevées lors de la 6e rencontre territoriale organisée par la Région autour de l’emploi et de la formation, à la CCI de Rodez.

Emmanuelle Gazel, vice-présidente de la région en charge de l’emploi, de formation professionnelle et de l’apprentissage a rappelé les inquiétudes des acteurs de la formation.

Ce projet de loi prévoit notamment la suppression de la possibilité d’accueil d’un jeune sous contrat en CFA, ainsi que l’élargissement de la durée de travail à 40 heures ou encore la simplification des modalités de rupture de contrat.

« Certaines branches professionnelles vont ainsi pouvoir ouvrir leur CFA et vont concurrencer et fragiliser les chambres de métiers ou les lycées qui disposent déjà de formations et de plateaux techniques », déplore Emmanuelle Gazel.

Par ailleurs, l’élue régionale défend « une filière d’excellence, celle de l’apprentissage. Avec la réforme, on va passer de 400 heures de formations en une année à 150 heures. C’est trop faible. »

Par ailleurs, « on aide les jeunes apprentis pour le transport, la restauration ou le logement avec 12 millions d’euros par an. Rien n’est dit à ce propos dans la réforme ».

« Pour nos CFA situés en zone rurale, il y a un réel risque d’appauvrissement de l’offre », souligne Emmanuelle Gazel.

Les dernières vidéos
Réagir