Agriculture

Zones défavorisées : les huit communes aveyronnaises finalement réintégrées

  • Zones défavorisées : les huit communes aveyronnaises finalement réintégrées
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Les huit communes profitent du principe de "continuité territoriale".

On se souvient des manifestations d'agriculteurs, des blocages et de la file impressionnante de tracteurs alignés avenue Victor-Hugo à Rodez en février dernier.

À l'origine de ce mouvement, l'exclusion de huit communes aveyronnaises de la carte européenne des "Zones défavorisées simples", un classement qui, pour mémoire, ouvrait le droit à la perception de l’Indemnité Compensatoire de handicaps Naturels (ICHN). 

Battu en brèche par les agriculteurs du département, ce projet de réforme des zones défavorisées pourrait finalement les satisfaire. Les huit communes concernées (Rignac, Anglars Saint Félix, Bournazel, Naucelle, Camjac,Tauriac de Naucelle, Lédergues et Saint Jean Delnous) étant finalement réintroduites dans la carte définitive présentée aujourd'hui devant le Parlement européen à Bruxelles, au motif de "continuité territoriale". Un principe âprement défendu par Jacques Molières, le président de la Chambre d'agriculture du département aujourd'hui "très satisfait". 

"Ce mardi soir nous avons eu gain de cause, et ces huit communes réintègrent la carte des zones défavorisées simples ce qui est légitime et logique", Anne Blanc, députée de l'Aveyron

En Aveyron, le projet de réforme supprimait pour près de 300 éleveurs, répartis dans ces huit communes, une aide qui pouvait représenter jusqu’à la moitié de leurs revenus, expliquait Philippe Jougla, président de la FRSEA Occitanie. 

Réagir