Escrime

Escrime : Un an de perdu pour le président du club ruthénois

  • Un président forcément déçu de la tournure des événements.
    Un président forcément déçu de la tournure des événements. - PIXROD
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Le président de l’Escrime Rodez Aveyron déplore trois blessés majeurs dans son équipe fanion alors que se profile le rendez-vous de l’année ce dimanche à Amiens. L’obligeant ainsi à prendre des décisions radicales en même temps que de voir son ambition réduite à néant ou presque.

Un cauchemar. « Ça ne nous est jamais arrivé. Je crois même que c’est une première pour l’ensemble des clubs français. »

Jean-Michel Goubert ne s’en remet pas. Alors que se dispute ce dimanche à Amiens le championnat de France par équipes à l’épée, celui-là même où Rodez a pris l’habitude de briller puisqu’il est toujours monté sur le podium depuis 2012, le président de l’Escrime Rodez Aveyron sait d’ores et déjà que son objectif de redevenir champion de France trois ans après la dernière fois (2012, 2014, 2015) est impossible.

En cause, non pas un, ni deux, mais bien trois blessés dans sa formation qui compte habituellement quatre membres (trois titulaires et un remplaçant).

Jonathan Bonnaire, le coup dur

« C’est terrible, explique-t-il. Mathias Biabiany est blessé au genou ; cela, on le savait depuis un moment. Mais on vient d’apprendre qu’Aymerick Gally ne pourrait pas tirer dans des conditions normales ce week-end suite à des examens consécutifs à une blessure à une cuisse. Sans compter le coup du sort terrible fait à Jo (Jonathan Bonnaire, NDLR) très gravement blessé à un genou et qui en a au moins pour dix moins de convalescence, lors d’une manche de Coupe du monde et alors qu’il venait d’apprendre sa première sélection en équipe de France pour le championnat du monde ! »

Du coup, seul Alexandre Bardenet est opérationnel. Et même si le Danois Frederik Von Der Osten sera là, impossible de rivaliser face aux grosses écuries et habituels meilleurs ennemis des Rouergats, Levallois et Saint-Gratien en tête.

« Pour nous, c’est un an de perdu !, peste encore le boss d’un club qui a l’habitude de faire figure d’épouvantail sur la scène nationale. On va donc faire tirer les meilleurs en équipe II (D2, NDLR) pour la sauver et faire monter les jeunes en une (qui ne peut descendre après deux manches qualificatives terminées aux deuxièmes et troisièmes places, NDLR). »

À noter que samedi, Alexandre Bardenet sera du coup le seul représentant masculin de l’ERA à tirer au championnat de France individuel de D1, toujours à Amiens. Mais les trois féminines qui disputeront la version par équipes le lendemain, Tifaine Pierre, Diane Von Kerssenbrock et Solenn Maruenda seront, elles, bien présentes.

Pourront-ils ramener une breloque de Picardie et ainsi sauver un week-end qui s’annonce d’ores et déjà compliqué ?

Réagir