Escrime

Championnats de France d’épée par équipes : Rodez limite la casse

  • Tifaine Pierre et les épéistes  de Rodez tiraient à Amiens  ce week-end.  Archives CP
    Tifaine Pierre et les épéistes de Rodez tiraient à Amiens ce week-end. Archives CP
S'abonner Mis à jour le -- partages

Très lourdement diminué, l’ERA a tenté de faire bonne figure à Amiens hier, et a sauvé de justesse son équipe réserve.

Sentiment forcément étrange. Pour un club qui a connu trois titres suprêmes (2012, 2014 et 2015), une médaille d’argent (2016) et deux de bronze (2013 et 2017) lors des six dernières éditions, les championnats de France d’épée par équipes avaient un goût amer hier à Amiens, lors de la journée finale. La faute à l’avalanche de blessés que l’Escrime Rodez Aveyron a eue a déploré alors même qu’elle était toujours en position de s’imposer.

Mais sans Jonathan Bonnaire, Mathias Biabiany et Aymerick Gally (lire nos précédentes éditions), tous les espoirs de voir le club du piton briller encore sur la scène nationale s’étaient envolés. Du coup, le président Jean-Michel Goubert et le maître d’armes Samuel Jau avaient décidé d’assurer le maintien de l’équipe deux en N2 en faisant descendre le seul cador qui restait, Alexandre Bardenet. Tactique payante, mais de justesse puisque l’ERA II (Bardenet, El Haouari, M. Goubert et Jau) s’est classé 13e et premier non relégable au terme d’une journée qui l’aura vu s’incliner devant Douai (45-65) mais battre ensuite Amiens (45-36) et s’imposer devant Aix-en-Provence dans le match pour le maintien (45-30).

L’équipe fanion, avec le Danois Frederik Von der Osten et les jeunes Raphaël Dominici et William Pritchard a, elle, terminé 6e (elle pouvait au pire finir 8e) après avoir perdu d’entrée contre Tourcoing (45-36) mais gagné, contre toute attente, face à Grenoble (45-39). Le Levallois de l’ancien Ruthénois Daniel Jérent, en battant Saint-Gratien en finale (42-41), a enlevé le titre.

Chez les dames, les Ruthénoises (Tifaine Pierre, Diane Von Kerssenbrock et Solenn Maruenda) se placent 7es, conformément à leur numéro de tête de série après deux revers (Levallois, 43-45, et Dieppe, 41-45) et un succès par forfait (Bondy).

Réagir