Sociéte

Démissions en chaîne à Asprières : les habitants appelés à revoter le 24 juin

  • Démissions en chaîne à Asprières : les habitants appelés à revoter le 24 juin
Publié le / Modifié le S'abonner
Les Aspriérois sont appelés à voter dimanche, pour compléter le conseil municipal qui, depuis 2014, a enregistré six démissions. Au cœur du débat un projet de centre d’activités. 

Asprières, sept cent vingt-un habitants, quinze conseillers municipaux selon le nombre fixé pour les communes de 500 à 1000 habitants. Mais aujourd’hui, le compte n’y est plus. Entre mars 2016 et juin 2018, on dénombre six démissions (une en mars  2016, une en novembre 2016, deux en juin 2017 et deux au 1er mai 2018). Mais comme le conseil municipal doit être composé d’au moins dix élus, les Aspriérois sont appelés à revoter. Premier tour, dimanche, 24 juin, et si besoin un deuxième tour est fixé au dimanche suivant, soit le 1er juillet.

Au cœur du débat de cette élection, un centre d’activités, projet porté par le maire, Alain Casterot, et son équipe. Le sujet pollue la vie asprièroise depuis un bon bout de temps. Réunions publiques, pétition, saisie du tribunal administratif pour faire annuler le permis de construire, création d’un collectif, démissions au conseil municipal : ce centre d’activités est loin de passer comme une lettre à la Poste. Il est conçu autour de deux bâtiments distincts. L’un doit accueillir un espace petite enfance, l’agence postale, une bibliothèque -médiathèque et une salle de coworking. Dans l’autre, on doit y trouver la cantine de l’école et un centre médical.

Principale controverse par rapport au projet : son implantation. Le choix s’est porté à l’entrée du village, près de l’école. « Cela va à l’inverse de la redynamisation du centre bourg, où il existe plusieurs bâtiments inoccupés à vendre. Cela ne correspond pas du tout aux souhaits exprimés par les habitants. C’est un déni de démocratie », disent les membres d’ « Asprières Aujourd’hui et demain », un collectif transformé en association et aujourd’hui support de la liste d’opposition pour l’élection municipale complémentaire. 

 

À lire aussi
Réagir