Economie

A Montbazens, l’entreprise Arnal ferme définitivement ses portes

  • A Montbazens, l’entreprise Arnal ferme définitivement ses portes
S'abonner Mis à jour le -- partages

Lundi dernier, l’entreprise Arnal à Montbazens de sept salariés a été placée en liquidation judiciaire par le Tribunal de commerce de Rodez. Les salariés se désolent de la manière dont ils en ont été informés.

« On ne savait pas du tout que ça allait fermer. Le lendemain de la décision du tribunal de commerce, j’ai voulu ouvrir les portes de l’entreprise. La serrure était déjà changée. On n’était pas du tout au courant », déplore Joël Malirat, salarié depuis quarante ans dans cette boîte spécialisée dans la mécanique industrielle. Durant un an, ces salariés percevront 75 % de leur salaire brut, en « contrat de sécurisation à l’emploi » en vue d’un reclassement.

« Quand on a plus de 50 ans, c’est très difficile de se reclasser », regrette le salarié de 58 ans qui pense surtout à ses collègues entre 40 et 50 ans. L’entreprise livrait en Aveyron, mais aussi en Ariège des machines à découper le fromage et pour fabriquer des cercueils. Elle effectuait aussi de la maintenance industrielle pour des entreprises du Bassin.

En janvier, le chef d’entreprise annonçait déjà à ses salariés qu’il était « dans l’impossibilité de les payer ». Récemment, il s’est vu contraint de devoir refuser un chantier à 160 000 euros. « Après le changement de direction il y a sept ans, au bout de trois ans, nous étions déjà en redressement », confie un salarié de la société.

Réagir