Gastronomie : chez Champagne, la tradition n’est pas juste dans l’assiette

  • Chez Champagne, la tradition n’est pas juste dans l’assiette
    Chez Champagne, la tradition n’est pas juste dans l’assiette
Publié le

À Asprières, Corinne Champagne et Gilles Bras perpétuent la lignée familiale débutée en 1920.

C’est une véritable institution. Ni plus, ni moins. Et cela dure depuis près d’un siècle.

Il est forcément loin le temps où Rosa Champagne jetait un bout de lard, quelques pommes de terre et des œufs à la poêle dans un petit bout de cuisine collée à la grange qui ferait hurler, aujourd’hui, un inspecteur de l’hygiène ! C’était en 1920. Les habitués et les gens de passage venaient chez mamie Rosa, à Asprières, sachant qu’ils y seraient comme chez eux.

Dans les années 1950, le prénom a changé, mais pas la marque de fabrique de la famille. Lydie est aux fourneaux, épaulée par Henri, son époux. " C’est à partir de là que le restaurant s’est développé avec notamment la création d’une salle pour les repas ", expliquent Corinne Champagne et Gilles Bras. Le couple sait très bien ce qu’il doit à ses " mamies : " Conserver la tradition et l’image Champagne, tout en amenant des idées nouvelles. "

Colette et Claude ont suivi cette voie toute tracée. La renommée du restaurant n’a fait que prendre de l’ampleur et il n’est pas rare, encore de nos jours, d’entendre les anciens parler de " Totoche ", le sanglier apprivoisé de Claude, et de la voix envoûtante de Colette qui n’hésitait pas à chanter - poussée par les convives - pour des mariages ou des repas de groupes.

Corinne, fille de... et donc 4e génération de Champagne à la tête de l’établissement, a été élevée dans cette tradition. Et travaille toujours dans ces murs où les spécialités ont traversé le temps sans perdre leurs saveurs.

Elle a repris les rênes en 2005, aidée de son frère Bruno, tous deux diplômés de l’école hôtelière ; ce dernier a malheureusement été obligé de quitter les fourneaux suite à un accident. Au bout de nombreux essais infructueux, Corinne Champagne et Gilles Bras - celui-ci est venu réaliser un stage de quelques jours et il n’est jamais reparti ! - ont trouvé " la perle rare " venue compléter une équipe de deux serveuses et du duo des responsables.

Tout ce petit monde est opérationnel sept jours sur sept (le midi) et en soirée vendredi et samedi. " Nous faisons un métier magnifique, même s’il est très dur ", lâchent-ils en chœur.

Et pour ceux qui seraient tentés par un établissement à la terrasse accueillante, ils pourront déguster, entre autres, " la vraie soupe de campagne de mamie Lydie, la tête de veau vinaigrette moutardée ou encore le stockfish..."

Contact au 05 65 64 85 67.

Paulo Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?