Mobilisation

Lycée Savignac : des inquiétudes pour l’avenir de l’établissement

  • Hier matin, le personnel enseignant s’est mobilisé et a reçu le soutien d’élèves venant d’avoir leur bac.
    Hier matin, le personnel enseignant s’est mobilisé et a reçu le soutien d’élèves venant d’avoir leur bac.
Publié le / Modifié le S'abonner

Les enseignants et les membres du conseil d’administration des lycées professionnel et général et technologique Raymond-Savignac s’inquiètent sur l’avenir de leur établissement. Ils parlent même "d’une situation préoccupante ".

Hier matin, après l’affichage des résultats du baccalauréat, ils ont manifesté leurs craintes dans la cour de l’établissement. Puis, en fin de matinée, une délégation a rencontré le maire Serge Roques.

L’après-midi, la députée Anne Blanc était attendue au lycée et lundi une entrevue est prévue avec le conseiller régional Jean-Sébastien Orcibal. Une audience a été aussi demandée à la rectrice. Les raisons de cette mobilisation. D’abord, la perte à la rentrée d’un des trois postes de conseiller principal d’éducation.

L’administration de l’établissement se trouve aussi en sous-effectif. " Depuis novembre 2017, la secrétaire de direction est en arrêt maladie et son remplacement s’effectue difficilement. Même chose pour le secrétariat élèves, et suite à une mutation, personne à ce jour n’est affecté pour la rentrée 2018 ", pointent les enseignants. Leurs inquiétudes ont été encore plus exacerbées en apprenant, le vendredi 29 juin, le gel de la classe de seconde CAP vente de produits alimentaires.

"Sans explications, aucune "

" Cela entraîne la perte de 32,5 heures d’enseignement et laisse présager la fermeture de la section dans deux ans, avec quatre postes d’enseignant menacés de suppression ", déplorent-ils. " Cela s’avérerait dramatique pour des élèves en difficulté scolaire qui travaillent par compétences ", soulignent-ils aussi. Ils ne seraient pas contre un autre CAP, plus attractif, par exemple " multiservices ". Mais il vient juste d’être attribué au lycée Foch à Rodez. Ce qui les interpelle. La prime à la préfecture sur la sous-préfecture ?

Ont été aussi refusées aussi au lycée professionnel l’ouverture d’un baccalauréat turbo (en un an) en commerce et la mention complémentaire pâtisserie boulangère. " Sans explications aucune ", dénoncent les enseignants, qui s’inquiètent beaucoup de son devenir. " Le lycée Raymond-Savignac a pourtant de nombreux atouts et est porté par une dynamique ", jugent-ils, citant les nombreux projets professionnels, culturels, citoyens menés par l’établissement : Erasmus, concours éloquence, concours sur la Résistance, maths en Jean, turbo sciences, séjours linguistiques et culturels, cordées de réussite.

" Ces suppressions successives fragilisent le rayonnement du lycée Savignac, pénalisant la scolarité des élèves du Villefranchois ", concluent-ils. " On grignote l’offre sur un territoire rural ", déplore l’un d’eux. Interrogée, la proviseur de l’établissement, Frédérique Croux, n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Réagir